2. Sermon de Ghadir : le Prophète désigne Ali (Source sunnite)

Le Sermon de Ghadîr Khum 

ICI les liens vers des hadiths sur Ghadir khum, ethileyn, et la fin de la crédibilité du hadith de Malik sur le Coran et la souna
http://www.estabsarna.com/AhlAlBait/6Thqlain/Main3.htm

Faisant ses adieux à sa ville natale, le Prophète quitta
la Mecque pour Médine le 14 Thilhaj. Sur la route, le 18 Thilhaj, il ordonna qu’on fasse halte à Ghadîr Khum, une région aride aux abords de la vallée de Johfa, à trois étapes de Médine.

La tradition la plus fréquente (Moutawatir) dans l’histoire de l’Islam est liée à ce sermon du Prophète (saws).

Le Pèlerinage d’Adieu Dix ans après l’émigration, le Messager d’Allah (saws) a ordonné à ses proches disciples d’appeler tous les gens à différents endroits à le rejoindre dans son dernier pèlerinage. Sur ce pèlerinage, il leur a enseigné la façon d’effectuer le pèlerinage sous une forme correcte et unifiée.


C’était la première fois qu’autant de musulmans se sont réunis à un seul endroit, en présence de leur chef, le Messager d’Allah. En se rendant à
La Mecque, plus de soixante-dix mille personnes ont suivi Prophète (saws). Le quatrième jour de Dhul-Hajjah plus de cent mille musulmans était entrés dans la Mecque.

Pour vérifier les sources, quelques exemples :

http://www.al-islam.org/ghadir/intro.htm

Source sunnite : Le Messager d’Allah (saws) a dit: “Louange à Allah. Nous lui demandons de l’aide, nous croyons en Lui, et à Lui nous faisons confiance. Nous cherchons refuge en Lui contre le mal de nos « moi » et les péchés de nos actes. En vérité il n’y a pas de guide pour celui que Allah laisse dans l’errance, et il n’est aucun qui ne soit égaré parmi ceux que Allah a guidés.

“Ô gens! Sachez que Gabriel est venu vers moi à plusieurs reprises m’apporter un ordre du Seigneur, le Très Miséricordieux, selon lequel je devrais m’arrêter à cet endroit et vous informer. Voilà ! Il semble que le temps approche où je serai rappelé (par Allah) et je répondrai à cet appel. “

“O Peuple ! N’êtes vous pas témoins qu’il n’ya pas de divinité à part Allah, que Muhammad est Son Serviteur et Son Messager, que le Paradis est la vérité, que l’Enfer est la vérité, la mort est la vérité, que la Résurrection est la vérité, et que l’Heure est arrivera avec certitude, et que Allah relèvera les gens des tombes?”

Les gens répondirent : « Oui, nous y croyons. »

Il continua: “Ô gens! Vous entendez ma voix (clairement)?” Ils ont dit: “Oui”.

Le Prophète a dit: «Voici, je laisse parmi vous deux Symboles précieux et lourds, qui, si vous les respectez tous les deux, vous ne serez jamais vous égaré après moi. Chacun de ces deux surpasse l’autre dans sa grandeur.”

Une personne a demandé: “Ô Messager d’Allah, quelles sont ces deux choses précieuses?

Le Prophète (Bénédictions sur lui et sa famille)  répondit: «L’un d’eux est le Livre d’Allah et l’autre est ma descendance rapprochée (Itrat), c’est Ahlul-Bayt (les gens de ma Demeure). Méfiez-vous de la façon dont vous vous comporterez envers eux quand je serai parti de parmi vous, car Allah , le Miséricordieux, m’a informé que ces deux (à savoir, Coran et Ahlulbayt) ne seront jamais séparés lun de l’autre jusqu’à ce qu’ils me rejoindre au ciel, au Bassin. Je vous rappelle, au Nom d’Allah , mes Ahlul-Bayt. Je vous rappelle, au nom d’Allah, au sujet de mon Ahlul-Bayt. Une fois de plus, je vous le rappelle, au nom d’Allah, au sujet de mes Ahlul-Bayt ».

Voyez! Je suis votre prédécesseur au Bassin (le Jour de la Résurrection) et je serai témoin contre vous. Ainsi, prenez garde à la façon dont vous traiterez  ces deux choses précieuses après moi. Ne précédez pas ces deux car vous péririez, et ne restez pas loin d’elles car vous péririez. “”Ô gens! Ne savez-vous pas que j’ai plus d’autorité sur vous que vous-même?”

Ils ont pleuré et dit: «Oui, ô Messager d’Allah.”

Puis le Prophète répéta: “O gens! N’ai-je pas plus de droit sur les croyants que ce qu’ils ont sur eux-mêmes?” Les gens disaient encore “Oui, ô Messager d’Allah.”

Puis le Prophète (saws) a dit:

“Ô gens! Certes, Allah est mon maître, et je suis le maître de tous les croyants.” 

Puis il saisit la main d’Ali et le leva et dit:

“De qui je suis le maître, ALI est son maître (il le répéta trois fois). O Allah ! Aime ceux qui l’aiment. Sois hostile à ceux qui lui sont hostiles. Aide ceux qui lui portent secours. Abandonne ceux qui l’abandonnent. Et garde la vérité avec lui partout où il se tourne (ou, fais de lui l’axe de la vérité). ” « Ali, le fils d’Abou Talib, est mon frère, mon exécuteur testamentaire (Wasi), et mon successeur (Calife), et le chef (Imam) après moi. Sa position est envers moi la même que la position de Harun à Moïse, sauf qu’il n’y aura pas de prophète après moi. Il est votre maître après Allah et Son messager. ” 

“O gens ! Allah l’a nommé pour être votre Imam et votre gouverneur. Lui obéir est obligatoire pour tous les immigrants (Muhajirin) et les Ansar, et pour ceux qui les suivent dans la vertu, et sur les habitants des villes et les nomades, les Arabes et les non-Arabes, l’homme libre et l’esclave, les jeunes et les vieux, les grands et les petits, le blanc et le noir. “

“Ses commandements doivent être obéis, sa parole est obligatoire et son ordre est obligatoire pour tous ceux qui croient en un Dieu unique. Maudit soit l’homme qui lui désobéit, et béni est celui qui le suit, et celui qui croit en lui est un vrai croyant. Sa Wilayah (croyance dans son Imamat) a été rendue obligatoire par Allah, le Puissant, le Très-Haut “.

“O gens ! Étudiez le Coran. Réfléchissez sur ses versets clairs et ne supposez pas la signification des versets ambigus. Car, par Allah, personne ne peut en expliquer correctement ses avertissements et ses significations, sauf moi et cet homme (à savoir, Ali ) dont j’élève la main devant moi. “

“Ô gens! C’est la dernière fois que je me tiendrai dans cette assemblée. Ecoutez- moi donc, obéissez-moi et soumettez-vous au commandement du Seigneur. Certes, Allah, Il est votre Seigneur et Dieu. Après lui, Son Prophète Muhammad qui s’adresse à vous, est votre maître. Puis, après moi, c’est Ali votre maître et votre chef (Imam), selon le commandement d’Allah. Puis après lui, la Guidance se poursuivra jusqu’à quelques individus sélectionnés parmi mes descendants jusqu’au jour où vous rencontrerez Allah et Son Prophète. ” 


«Voyez! Certes, vous rencontrerez votre Seigneur et Il vous interrogera sur vos actes. Attention! Ne devenez pas mécréants après moi en vous frappant le cou les uns des autres. Non ! Il incombe à ceux qui sont présents d’informer de ce que j’ai dit à ceux qui sont absents car peut-être ils pourraient comprendre ce que j’ai dit mieux que certains qui sont présents dans l’audience. Voyez! Ne vous ai-je pas transmis le Message de Allah ? Voyez! Ne vous ai-je pas transmis le Message d’Allah ? Les gens ont répondu: “Oui.” Le Prophète a dit: “O Allah ! Témoigne. » 

Références sunnites :             

– Tadhkirat al-Khawas al-Ummah, Sibt Ibn al-Jawzi al-Hanafi, pp 28-33           

– al-Sirah al-Halabiyyah, by Noor al-Din al-Halabi, v3, p 273 

Révélation du verset  5:67 

Le 18 Dhoul-Hajja, après avoir terminé son dernier pèlerinage (Hajjatul-Widaa), le Prophète sortait de
la Mecque vers Médine, où lui et la foule de personnes atteintes à un endroit appelé Ghadir Khum (qui est proche de Juhfah d’aujourd’hui). C’était un endroit où des gens de différentes provinces devraient dire adieu à l’autre et de prendre des voies différentes pour leur maison. Dans ce lieu, le verset suivant fut révélé:

 «  Ô Prophète ! Communique ce que ton Seigneur t’a révélé ! Si tu ne le fais pas, tu n’auras pas fait connaître Son Message. Dieu te protégera contre les hommes; mais Dieu ne guidera pas les négateurs ” (Sourate 4, verset 67).

Certaines des références sunnites confirmant que la révélation de ce verset coranique a été révélée juste avant le discours du Prophète à Ghadir Khum :

(1) Tafsir al-Kabir, by Fakhr al-Razi, under commentary of verse 5:67, 12, pp 49-50, narrated on the authorities of Ibn Abbas, al-Bara IbnAzib, and Muhammad Ibn Ali.

(2) Asbab al-Nuzool, by al-Wahidi, p50, narrated on the authorities of Atiyyah and Abu Sa’id al Khudri.

(3) Nuzul al-Quran, by al-Hafiz Abu Nu’aym narrated on the authorities Abu Sa’id Khudri and Abu Rafi.

(4) al-Fusool al Muhimmah, by Ibn Sabbagh al-Maliki al-Makki, p24

(5) Durr al-Manthur, by al-Hafiz al-Suyuti, under commentary of verse 5:67

(6) Fathul Qadir, by al-Shawkani, under commentary of verse 5:67

(7) Fathul Bayan, by Hasan Khan, under commentary of verse 5:67

(8) Shaykh Muhi al-Din al-Nawawi, under commentary of verse 5:67

(9) al-Sirah al-Halabiyah, by Noor al-Din al-Halabi, v3, p301

(10) Umdatul Qari fi Sharh Sahih al-Bukhari, by al-Ayni

(11) Tafsir al-Nisaboori, v6, p194

(12) and many more such as Ibn Mardawayh, etc…

La dernière phrase dans le verset sus-mentionné indique que le Saint-Prophète (SAW) craignait la réaction de ses compagnons en délivrant ce message, mais Allah l’informe qu’il ne doit pas s’en soucier, car Il protégera Son Messager des gens.

Le Discours 

Dès réception de ce verset, le Prophète (saws) s’est arrêté sur ce lieu (l’étang de Khum) qui était extrêmement chaud. Puis il ordonna à toutes les personnes qui étaient en avance sur le chemin, de revenir et attendit que tous les pèlerins qui prenaient du retard soient arrivés et réunis. Il ordonna à Salman (RA) d’utiliser des roches et outillages de chameau pour faire une chaire (minbar) pour qu’il puisse faire son annonce. Il était environ midi, heure dans le premier de l’automne, et en raison de la chaleur extrême dans cette vallée, les gens étaient enveloppés dans leurs robes autour de leurs pieds et les jambes, et s’étaient assis autour de la chaire, sur les pierres brûlantes.


En ce jour, le Messager d’Allah a passé environ cinq heures dans ce lieu, trois heures dont il était sur la chaire. Il récitait près d’une centaine de versets du Coran glorieux, et rappela soixante trois fois les gens et les mis en garde contre leurs actes et à venir. Puis, il leur donna un long discours. Ce qui suit est une partie de son discours qui a été largement rapporté par les traditionalistes sunnites:

Le Messager d’Allah a déclaré: «Il semble que le moment approche où je serai rappelé (par Allah) et je vais répondre à cet appel. Je vous laisse deux choses précieuses et si vous les respectez toutes les deux, vous ne pourrez jamais vous égarer après moi. Ils sont le Livre d’Allah et ma descendance, c’est mes Ahlul-Bayt. Les deux ne seront jamais séparés les uns des autres jusqu’à ce qu’ils viennent à moi au Bassin. “

Puis, le Messager d’Allah continua : N’ai-je pas plus de droits sur les croyans qu’ils en ont sur eux-mêmes ? » Les gens ont pleuré et répondu : « Oui, O Messager de Allah. »

Puis, le Prophète (pslf) a tenu la main de Ali et lui dit: “De qui je suis son maître (Mawla), Ali est son maître (Mawla). O Allah ! Aime ceux qui l’aiment, et sois hostile à ceux qui lui sont hostiles.”

Quelques références sunnites : 

 (1) Sahih Tirmidhi, v2, p298, v5, p63

(2) Sunan Ibn Maja, v1, pp 12,43

(3) Khasa’is, by al-Nisa’i, pp 4,21

(4) al-Mustadrak, by al-Hakim, v2, p129, v3, pp 109-110,116,371

(5) Musnad Ahmad Ibn Hanbal, v1, pp 84,118,119,152,330, v4, pp 281,368,370,

    372,378, v5, pp 35,347,358,361,366,419 (from 40 chains of narrators)

(6) Fada’il al-Sahaba, by Ahmad Hanbal, v2, pp 563,572

(7) Majma’ al-Zawa’id, by al-Haythami, v9, p103 (from several transmitters)

(8) Tafsir al-Kabir, by Fakhr al-Razi, v12, pp 49-50

(9) Tafsir al-Durr al-Manthur, by al-Hafiz Jalaluddin al-Suyuti, v3, p19

(10) Tarikh al-Khulafa, by al-Suyuti, pp 169,173

(11) al-Bidayah wal-Nihayah, by Ibn Kathir, v3, p213, v5, p208

(12) Usdul Ghabah, by Ibn Athir, v4, p114

(13) Mushkil al-Athar, by al-Tahawi, v2, pp 307-308

(14) Habib al-Siyar, by Mir Khand, v1, part 3, p144

(15) Sawaiq al-Muhriqah, by Ibn Hajar al-Haythami, p26

(16) al-Isabah, by Ibn Hajar al-Asqalani, v2, p509; v1, part1, p319,

     v2, part1, p57, v3, part1, p29, v4, part 1, pp 14,16,143

(17) Tabarani, who narrated from companions such as Ibn Umar, Malik Ibn

     al-Hawirath, Habashi Ibn Junadah, Jari, Sa’d Ibn Abi Waqqas,

     Anas Ibn Malik, Ibn Abbas, Amarah,Buraydah,…

(18) Tarikh, by al-Khatib Baghdadi, v8, p290

(19) Hilyatul Awliya’, by al-Hafiz Abu Nu’aym, v4, p23, v5, pp26-27

(20) al-Istiab, by Ibn Abd al-Barr, Chapter of word “ayn” (Ali), v2, p462

(21) Kanzul Ummal, by al-Muttaqi al-Hindi, v6, pp 154,397

(22) al-Mirqat, v5, p568

(23) al-Riyad al-Nadirah, by al-Muhib al-Tabari, v2, p172

(24) Dhaka’ir al-Uqba, by al-Muhib al-Tabari, p68

(25) Faydh al-Qadir, by al-Manawi, v6, p217

(26) Yanabi’ al-Mawaddah, by al-Qudoozi al-Hanafi, p297

… Et des centaines d’autres. Voir partie 3 pour d’autres références (traditionnistes, historiens, and commentateurs).

Ce qui précède est juste une partie de la parole du Prophète (PSL & HF). Pour un discours plus détaillé du Prophète, s’il vous plaît voir la fin de cette partie.

Révélation du verset 5:3 

Immédiatement après que le Prophète (PSL & HF) a terminé son discours, le verset suivant du Coran a été révélé:

     ” Aujourd’hui, j’ai perfectionné votre religion et j’ai parachevé Ma Grâce sur vous; j’agrée l’Islam comme étant votre Religion». (Sourate al-Mâ’idah, 5: 3).

Certaines des références sunnites qui mentionnent la révélation du verset ci-dessus du Coran dans Ghadir Khum, après le discours du Prophète:

(1) al-Durr al-Manthur, by al-Hafiz Jalaluddin al-Suyuti, v3, p19

(2) Tarikh, by Khatib al-Baghdadi, v8, pp 290,596  from Abu Hurayra

(3) Manaqaib, by Ibn Maghazali, p19

(4) History of Damascus, Ibn Asakir, v2, p75

(5) al-Itqan, by al-Suyuti, v1, p13

(6) Manaqib, by Khawarazmi al-Hanfi, p80

(7) al-Bidayah wal-Nihayah, by Ibn Kathir, v3, p213

(8) Yanabi’ al-Mawaddah, by al-Qudoozi al-Hanafi, p115

(9) Nuzul al-Quran, by al-Hafiz Abu Nu’aym narrated on the authority

    Abu Sa’id Khudri.

… et plus.

Le verset ci-dessus indique clairement que l’islam n’était pas complet sans éclaircir  la question de la gouvernance après le Prophète n’était pas complèt, et l’achèvement de la religion est due à l’annonce du successeur immédiat du Prophète.

Serment d’Allégeance  Après son discours, le Messager d’Allah a demandé à chacun de donner le serment d’allégeance à Ali (AS) et de le féliciter. Parmi ceux qui lui donnèrent le serment il y a Umar, Abu Bakr et Uthman. Il est rapporté que Umar et Abu Bakr a dit:     « Félicitations, Ibn Abi Talib, aujourd’hui, tu es devenu le maître (Mawla) de tous les croyants et de toutes les croyantes.”Références sunnites : 

(1) Musnad Ahmad Ibn Hanbal, v4, p281

(2) Tafsir al-Kabir, by Fakhr al-Razi, v12, pp 49-50

(3) Mishkat al-Masabih, by al-Khatib al-Tabrizi, p557

(4) Habib al-Siyar, by Mir Khand, v1, part3, p144

(5) Kitabul Wilayah, by Ibn Jarir al-Tabari

(6) al-Musannaf, by Ibn Abi Shaybah

(7) al-Musnad, by Abu Ya’ala

(8) Hadith al-Wilayah, by Ahmad Ibn `Uqdah

(9) Tarikh, by Khatib al-Baghdadi, v8, pp 290,596  from Abu Hurayra

… and more.

Le Nombre de musulmans à Ghadir 

C’était la volonté d’Allah que d’une popularité accrue est associée à cette tradition par l’intermédiaire des narrateurs à travers le temps. Afin qu’il existe une preuve permanente pour l’Imam de la guidance (paix soit sur lui). Allah a ordonné à son Prophète (PSL & HF) d’avertir les personnes en un moment où le peuple était réunis afin que tous deviennent les narrateurs de la tradition, alors que ceux-ci dépassent une centaine de milliers.

Rapporté par Zaid Ibn Arqam: Abu al-Tufail dit: “Je l’ai entendu du Messager d’Allah, et il n’y avait personne là-bas qui ne le voie de ses yeux et qui ne l’entendait de ses oreilles.”Références sunnites : 

(1) al-Khasa’is, by al-Nisa’i, p21;

(2) al-Dhahabi said it is sahih (authentic), as said in:

(3) History of Ibn Kathir, v5, p208

Il est aussi rapporté que:

      “Le Messager d’Allah appela à la hauteur de sa voix.”

Références sunnites : Manaqib al-Khawarizmi, by al-Khawarizmi, p94

« Il y avait avec le Messager (PSL), de parmi les compagnons, des Arabes,
des résidents autour de
La Mecque et Médine, cent vingt mille  (120.000) et ce sont ceux qui étaient présents lors du Pèlerinage d’adieu Pèlerinage et qui ont entendu ce discours. »

Références sunnites :  Manaqib, by Ibn al-Jawzi

Révélation du verset 70:1-3 

Certains commentateurs sunnites affirment en outre que les trois premiers versets du chapitre d’al-Ma’arij (70:1-3) ont été révélés quand un différend a surgi après que le Prophète ait atteint Médine. Il est rapporté que:


Le jour de Ghadir, le Messager d’Allah a convoqué les gens vers Ali et a dit: « Ali est le Mawla de ceux dont je suis le Mawla ». Les nouvelles se propagèrent rapidement à travers les zones urbaines et rurales. Lorsque Harith Ibn al-Nu’man Fahri (ou Nadhr Ibn Harith selon une autre tradition) vint à le savoir, il chevauchait son chameau, il vint à Médine et se rendit auprès du Messager d’Allah (PSL & HF) et lui dit: «Vous nous a ordonné de témoigner qu’il n’y a aucune divinité qu’Allah et que tu es le Messager d’Allah. Nous vous obéi. Tu nous a ordonné d’accomplir les prières cinq fois par jour et nous avons obéi. Tu nous a ordonné d’observer le jeûne pendant le mois de Ramadhan et nous avons obéi. Alors, tu nous as ordonné d’effectuer le Pèlerinage à
la Mecque et nous avons obéi. Mais tu n’es pas satisfait de tout cela et tu as levé la main de ton cousin et nous l’a imposé comme chef, en disant: « Ali est le Mawla de celui dont je suis Mawla. Est-ce une obligation qui provient de Allah ou de toi ? ” Le Prophète (PSL & HF) a dit:  «Par Allah qui est le Dieu Unique. Ceci vient d’Allah, le Puissant et le Glorieux.”

En entendant cela, Harith tourna le dos et s’adressa à sa chamelle en disant : “O Allah! Si ce que dit Muhammad est correct, alors abats-nous avec une pierre venue du ciel et soumets-nous à une douleur intense et à la torture.”

Il n’a pas eu le temps de rejoindre sa chamelle que Allah qui est au-dessus de toute erreur envoya sur lui une pierre qui tomba sur sa tête, pénétra son corps et traversa jusqu’au bas de son corps en le tuant. C’est à cette occasion que Allah, l’Exalté, causa la descente du verset suivant :

« Quelqu’un a demandé que se produise sans délai le châtiment inéluctable qui doit frapper les négateurs et que nul ne pourrait repousser, car ce châtiment provient de Dieu, le Maître des degrés célestes ». (70:1-3)

Références sunnites : 

 (1) Tafsir al-Tha’labi, by Is’haq al-Tha’labi, commentary of verse 70:1-3

    from two chain of narrators.

(2) Noor al-Absar, by Shablanji, p4

(3) al-Fusool al-Muhimmah, by Ibn Sabbagh al-Maliki al-Makki, p25

(4) al-Sirah al-Halabiyah, by Noor al-Din al-Halabi, v2, p214

(5) Arjah al-Matalib

(6) Nazhat al-Mujalis from al-Qurtubi

Les occasions où l’Imam Ali (AS) rappela
la Tradition (Sunna) 

L’Imam Ali (AS), en personne, rappela leur engagement aux compagnons qui avaient assisté à l’événement de Ghadir et à
la Tradition du Messager d’Allah. Voici certaines de ces occasions :

– Le jour de
la Shura (Le Jour de l’élection de Uthman)
– Pendant le temps du califat d’Uthman
– Le jour de Rahbah (année 35) où 24 compagnons se levèrent et jurèrent qu’ils ont assisté et ont entendu la tradition du Prophète (PSL) de première main, dont douze étaient les guerriers de Badr.
– Le jour de Jamal (la guerre de Camel, année 36) où il l’a rappelé à Talha qui le combattait   pour le destituer de son califat (Talha, Zubayr et leur sœur Aïcha ont combattu ‘Ali lors de son califat pour s’emparer du pouvoir)


La Journée des Coureurs où 9 personnes ont témoigné.

A propos de la bataille du Chameau, al-Hakim et Ahmad Ibn Hanbal et d’autres enregistrés que:

« Nous étions dans le camp d’Ali, le jour de la bataille du Chameau, où Ali envoya chercher Talha pour lui parler (avant le début de la guerre). Talha s’avança, et Ali lui dit: « Je t’adjure par Allah! N’as-tu pas entendu le Messager d’Allah (PSL & HF) quand il a dit: «De qui je suis son Mawla, Ali est son Mawla. O Allah, aime celui qui l’aime, et sois hostile à celui qui lui est hostile? “Talha répondit:” Oui. “Ali a dit:” Alors pourquoi veux-tu me combattre?
 

Références sunnites : 

– al-Mustadrak, by al-Hakim, v3, pp 169,371

– Musnad Ahmad Ibn Hanbal, on the authority of Ilyas al-Dhabbi

– Muruj al-Dhahab, by al-Mas’udi, v4, p321

– Majma’ al-Zawa’id, by al-Haythami, v9, p107

Ahmad Ibn Hanbal enregistra dans son Musnad que :

Abu Tufayl rapporta que le Prophète (Ali) rassembla les gens dans la plaine de Rahbah (en l’an 35 AH) et adjura au nom d’Allah, tous les mâles musulmans présents, qui avaient entendu la proclamation d’al-Ghadir du Messager d’Allah (PSL ), de se lever et de témoigner de ce qu’ils avaient entendu du Messager au jour de Ghadir. Là-dessus, trente (30) les hommes se levèrent et donnèrent la preuve que le Prophète saisit la main de Ali et dit à son auditoire: «Il (Ali) a une autorité supérieure sur ceux qui croient que j’ai  la supériorité sur leur vie. O Allah! Aime celui qui l’aime et le hais celui qui le hait. ” Abu Tufayl dit qu’il était tellement perturbé qu’il quitta la plaine de Rahbah, parce que  les masses musulmanes n’avaient pas respecté la tradition. Il a donc appelé Zaid Ibn Arqam et lui dit ce qu’il a entendu d’Ali. Zaid lui dit de ne pas avoir de tout doute à ce sujet car il avait lui-même entendu le Messager d’Allah prononçant ces mots.

Références sunnites : Musnad Ahmad Ibn Hanbal, v4, p370

aussi:

Abd al-Rahman Ibn Abu Laylah dit : J’ai été témoin lorsqu’Ali prêta serment au peuple dans la plaine de Rahbah. Ali dit: “Je conjure ceux d’entre vous au nom d’Allah qui ont entendu le Messager d’Allah le jour de Ghadir disant` Ali est le Mawla de celui dont je suis Mawla » de se lever et de témoigner. Celui qui n’a pas été un témoin oculaire n’a pas besoin de se lever. ” Là-dessus, douze (12) des compagnons qui avaient participé à la bataille de Badr se levèrent. L’évènement est encore frais dans ma mémoire.

Références sunnites :

– Musnad Ahmad Ibn Hanbal, v1, p119, see also v5, p366

– Khasa’is, by al-Nisa’i, pp 21,103, narrated similar to above on the authority of three others: Umayah Ibn Sa’d, Zaid Ibn yathigh, and  Sa’id Ibn Wahab.

Il est aussi rapporté que :

Quand Ali dit à Anas: «Pourquoi ne te lèves-tu pas et ne témoignes-tu pas de ce que tu as entendu du Messager d’Allah, le jour de Ghadir? Il répondit: “O Amir al-Mumineen! J’ai vieilli et ne m’en souvient pas.” Là-dessus, Ali dit: “Que Allah te marque d’une tache blanche (de la lèpre; Alphosis) inconcevable avec ton turban, si tu t’es retenu intentionnellement de dire la vérité.” Et avant que Anas ne se lève de sa place, il portait une grande tache blanche sur son visage. Anas Par la suite, l’habitude de dire: «Je suis sous la malédiction du serviteur juste d’Allah.”

Références sunnites : 

(1) al-Ma’arif, by Ibn Qutaybah, p14, in the account of Anas among disabled persons.

(2) Musnad Ahmad Ibn Hanbal, v1, p199, where he testifies to the above anecdote, as he says : “All stood up except three persons who came under the curse of Ali.”

(3) Hilyatul Awliya’, by Abu Nu’aym, v5, p27

Le Messager d’Allah souleva la main de Ali avec clarté, et dit: “Celui de que j’étais le chef [Mawlah], alors Ali est son chef [Mawlah], O ‘Allah! Sois un garde [Wali] à qui est son adhérent [Walah], et sois l’ennemi de son ennemi, abandonne celui qui l’abandonne, le Soutien de celui qui le soutien. O Allah! Tu es mon Témoin sur eux.” Omar dit:” Ô Messager d’Allah? (à savoir, pourquoi Ali?) Et il y avait un jeune homme à côté de moi, avec un beau visage et bon parfum. Il m’a dit: «ô Omar, le Messager d’Allah a convenu d’un accord. Personne ne le dissout sauf un hypocrite.” Ensuite, le Messager d’Allah me prit la main et dit : «Ô Omar, il n’est pas fils d’Adam (c’est à dire qu’il n’est pas un humain), mais Gabriel voulait t’assurer de ce que j’ai dit à propos de Ali. “

 VERSION INTEGRALE DU SERMON D’ADIEU A GHADIR KHOM

Quelle est la véritable signification de ce verset coranique :

« Vous n’avez pas de Maître (Waliy) en dehors d’Allah et de Son Prophète, et de ceux qui ont accepté la Vérité dans leur coeur : ceux qui font la Prière et qui font l’aumône pendant qu’ils s’inclinent humblement. Ceux qui prennent pour Maîtres Allah, Son Prophète et ceux qui ont accepté la Vérité dans leur cœur : voilà ceux qui forment le parti d’Allah, et qui seront les vainqueurs ! » (Sourate al-Mâ’idah, 5 : 55-56) 

Nous la découvrons dans le Sermon de Ghadir Khom ou le Sermon d’Adieu du Saint-Prophète Mohammad (saws) L’événement de Ghadir Khom est un épisode fondamental de l’Histoire de l’Islam, car il devait déterminer, par l’intermédiaire du Saint-Prophète Mohammad (pslf) et par la volonté de Allah, la direction de la Oumma après la mort du Messager d’Allah.

En l’an 10 de l’hégire, le Saint-Prophète Mohammad (pslf) accomplit le Pèlerinage d’Adieu, Hajj-atoul-Wada’. Cela eut lieu sur le chemin du retour à Médine le 18 du mois de Dhil Houjjat (le 12e mois lunaire).

On rapporte que leur nombre se chiffre entre soixante dix mille et cent vingt mille. C’est devant ce nombre de personnes que le Saint-Prophète (saww) prêta serment d’allégeance à l’Imam Ali (as) et au Khalifa.

Lors du retour de la Mecque vers Médine, la foule récita la tabliyat (…). Arrivé à un endroit précis, l’Ange Jibril (as) se tint devant le Prophète d’Allah, sur ordre du Seigneur des Mondes, pour lui dire :

« O Mohammad, Allah le Tout-Puissant, Digne de Majesté, te salue et te dit « Il n’y a pas le moindre doute, ton terme approche, et Moi, Je me place devant toi afin de tout clarifier. Mon pacte sera ton pacte. Présente ton successeur et choisis à l’aide de la science que tu possèdes et de celles des Prophètes antérieurs à toi, l’arme, le Tabout (cercueil contenant la science d’Allah) en t’aidant de tous les signes des Prophètes que tu connais.  Ainsi, tu pourras retransmettre toute cette science à ton successeur, ton Khalife après toi, lui, ma preuve irréfutable dont la prééminence est certaine sur mes créatures, Ali, fils d’Abi Talib (as). Je lui ai permis d’atteindre l’apogée de la science et ceci devant les humains.[1] Fais en sorte qu’ils lui renouvellent leur pacte, qu’ils lui prêtent allégeance ; qu’ils consolident leur engagement à son égard.  Qu’ils se souviennent que c’est à Moi qu’ils ont prêté serment d’allégeance. Ainsi, le pacte conclu avec Moi devient authentique et ne se concrétise que par l’amour porté sur Mon Ami intime, leur Maître et le Maître de tous les croyants et croyantes : Ali ibn Abi Talib – as -. Je ne rappelle aucun Envoyé parmi Mes Envoyés que lorsqu’il parachève Ma religion, Ma preuve et Mon bienfait par l’amour porté sur mes Aimés en manifestant l’hostilité à l’égard de mes ennemis. Ceci est le parachèvement de Mon Unicité, de Ma religion, de Mon bienfait porté sur Mes créatures partisanes de Mon Ami et obéissantes. Ainsi, Je ne laisserai pas la Terre sans mon Ami Ali (as) et sans mon résurrecteur (al-Mahdi –as-), ainsi Je laisse une preuve évidente sur mes créatures. Aujourd’hui, J’ai rendue parfaite votre Religion et J’ai parachevé Ma grâce sur vous ; J’agrée l’Islam comme étant votre Religion. Par la Walayat de mon Ami, Maître de tous les croyants et croyantes, Ali (as) est Mon serviteur et l’exécuteur testamentaire de Mon bien-aimé Prophète Mohammad (saww), puis Khalife après lui. Il constitue la preuve irréfutable pour mes créatures. Lui obéir revient à obéir à Mohammad, Mon Prophète. Et l’obéissance à l’égard du Prophète équivaut à M’obéir. Celui qui lui désobéit en réalité Me désobéit. J’ai déposé en lui la science existante entre Moi et mes créatures. Celui qui le connaît est un croyant. Celui qui le conteste est un mécréant. Celui qui renie Ali (as) devient un polythéiste, mais celui qui aura accepté sa walayat, Je le ferai entrer au Paradis. Celui qui Me rencontrera alors qu’il était ennemi d’Ali (as), Je le ferai entrer en enfer. Lève-toi, Ô Mohammad, et présente Ali devant cette foule en montrant la science qu’il possède. Qu’ils prêtent serment d’allégeance et qu’ils renouvellent leur pacte à Ali, car, en vérité, c’est à Moi qu’ils le font. Après cela, Je te ferai venir près de Moi. » 

Le Saint-Prophète Mohammad (saww) craignait la réaction de son peuple, des hypocrites, des semeurs de discorde.

Le Saint-Prophète Mohammad (saww) demanda  l’Ange Jibrîl (as) d’intercéder en sa faveur auprès d’Allah pour le protéger des hommes.

Le Saint-Prophète Mohammad (saww) attendait que l’Ange Jibrîl (as) apporte une réponse à sa demande, mais il n’y aura pas de suite jusqu’à ce qu’il pénètre dans la Mosquée de Khayf.

L’Ange Jibrîl (as) se rendit dans la Mosquée de Khayf pour ordonner au Prophète d’Allah de transmettre son message et d’assumer le serment d’allégeance que la foule avait prêté à Ali (as), lui, le détenteur de la véritable science.

Puis, le Saint-Prophète (saww) arriva à al-Ramime (endroit situé entre la Mecque et Médine).  L’Ange Jibrîl (as) se dressa une nouvelle fois devant le Saint-Prophète Mohammad (saww) afin qu’il réitère le caractère infaillible d’Ali (as) devant la foule à Ghadir Khom.

Le Prophète d’Allah répondit : « Ô Jibrîl –as-, je crains que mon peuple me traite de menteur et n’accepte pas Ali comme mon successeur. »

L’Ange Jibrîl (as) s’en alla et lorsque le Saint Prophète (saww) arriva à Ghadir Khom, l’Ange Jibrîl se dressa à nouveau devant lui pour lui dire : « Ô Mohammad ! Allah le Tout-Puissant te salue et te dit : « Ô Prophète ! Fais connaître ce qui t’a été révélé par ton Seigneur. Si tu ne le fais pas, tu n’auras pas fait connaître Son  Message. Allah te protégera contre les humains. » (Sourate La Table – Al-Ma’ida – Verset 67).

Le Saint-Prophète Mohammad (saww) ordonna à un homme d’appeler les gens à la prière en assemblée, afin qu’ils écoutent le message divin. Il en fut ainsi par ordre d’Allah.

Puis, le Saint-Prophète monta sur une énorme pierre pour être visible devant la foule présentte à Ghadir-Khom. Là, il se redressa en rendant louange à Allah le Très-Haut et en demandant la bénédiction divine sur sa personne, il déclara :

« Louange à Allah, qui nous a conduits et nous a rapprochés de Son Unicité, qui nous a comblés de bienfaits par Sa Souveraineté, qui nous a honorés par Ses principes. C’est Lui, Le Dépositaire de la Science et Qui en constitue le fondement. C’est Lui qui répand Sa Puissance dans toute Sa création, par Ses attributs sublimes. Il a élevé les cieux, puis a répandu les cieux et les terres. Il est le Saint, le Glorieux, Lui, Le Seigneur des anges et des âmes. Sa supériorité s’étend à tous ceux qu’Il a élevés. C’est Lui, le Possesseur de toutes les richesses, même si certains en sont pourvus. Il observe toute chose, mais les yeux ne peuvent le voir. Il est Bon, Clément, Doux, Patient à l’égard de Ses créatures. Sa Clémence s’étend sur toute chose et Il comble de Ses bienfaits. Il ne s’empresse pas de se venger ; Il ne châtie pas à l’improviste. Il pénètre tous les secrets, la science dans sa profondeur. Aucune chose ne Lui échappe ; personne ne peut lui dissimuler un secret. Il domine toute chose. Il est vainqueur sur toute chose. Il possède la plus grande force et la plus grande puissance, rien ne Lui ressemble. Il est à l’origine de toute la Création. Il est l’Eternel et le Plus équitable. Il n’y a pas d’autre divinité que Lui, le Puissant, le Bienfaiteur, le Sage. Sa Face ne peut être contemplée, alors que Lui, contemple Ses créatures. Il est le Bienveillant, le Bien Informé. Nul ne peut se passer de son aide. Personne ne peut connaître le secret de Sa puissance hormis ce qu’Il aura bien voulu divulguer à Ses créatures. Je témoigne qu’Il est Allah, qu’Il a rempli le monde de bienfaits par sa Sainteté depuis toujours. Il enveloppe le monde de Sa Lumière depuis le début des temps. Les ordres  n’émanent que de Lui, personne ne peut le rivaliser dans Sa Puissance, Son Pouvoir, Sa Science. C’est Lui qui a façonné Sa création, Ses créatures sans aucune aide, sans aucune difficulté. Il est ainsi « Allah – swt ». Il n’y a pas d’autre divinité que Lui. Il est le Maître de la perfection. Il est Bon (charitable) envers Sa créature. Il est Juste et dépourvu de tyrannie. Il est digne de respect, mérite d’être vénéré et c’est vers Lui que chaque être devra retourner. Je témoigne qu’Il est le Créateur de toute chose. Que toute chose se soumet par crainte révérencielle. Il est le Roi des royaumes. Il est le Maître du Globe Céleste, Celui qui gouverne et dirige le Soleil, la Lune, les constellations. Toute chose s’anime grâce à Lui. Il permet que la nuit enveloppe le jour, puis que le jour enveloppe la nuit. Il détruit tout tyran obstiné, tout rebelle. Il est Unique, Absolu. Il n’a pas engendré et n’a pas été engendré. Il n’a point d’égal. Il est le Seigneur, le Glorieux. A lui appartient le cours des événements. Il est infiniment Savant. Il donne la mort et la vie. Il appauvrit et enrichit. Il rend joyeux et rend triste. Il est capable de retirer et de donner quelque chose. La royauté et la louange Lui appartiennent. Il est le détenteur du bien. Sa puissance s’étend sur toute chose. Il permet que la nuit l’emporte sur le jour et que le jour l’emporte sur la nuit. Il n’y a pas d’autre divinité que Lui, le Puissant. Il est Celui qui pardonne, qui accepte l’invocation, qui est Généreux. Il connaît chaque âme. Il est le Seigneur du Paradis et des humains. Personne ne lui ressemble. Ceux qui l’invoquent, n’éprouvent aucune inquiétude. Pour les pieux, Il est Infaillible. Il rend heureux ceux qui agissent bien. Il est le Maître des Mondes. Il accorde une récompense aux bonnes créatures qui Le remercient et Le louent. Je lui rends grâce pour la joie, la satisfaction qu’Il procure, pour les épreuves qu’Il inflige, pour la force qu’Il détient, pour Sa générosité qu’Il répand. Je crois en Lui, en Ses Anges, en Ses livres saints révélés et en tous Ses Prophètes. J’écoute son ordre et j’obéis. Je m’empresse d’agir convenablement pour Le satisfaire. Je m’incline devant Sa sentence. Je crains Son terrible châtiment. Je me dévoue corps et âme à l’adoration d’Allah (swt). J’atteste Sa souveraineté en accomplissant ce qu’Il m’a ordonné de faire, en prenant soin de ne pas enfreindre Son ordre. Il m’a ouvert une voie par laquelle personne ne peut s’interposer. Son habileté mérite glorifications car il n’y a pas d’autre divinité que Lui. Il m’a fait connaître Son message divin que je n’ai pas encore entièrement révélé tout en me protégeant des méchants  hommes. Puis, Il me révéla : « Au Nom d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux : Ô Prophète (saww) ! Fais connaître ce qui t’a été révélé par ton Seigneur « au sujet de Ali (as) ». Si tu ne le fais pas, tu n’auras pas fait connaître Son Message. Allah te protégera contre les humains. » (Sourate Al-Ma’ida, verset 67). Ô assemblée ! Je n’ai pas abrégé le message qui m’a été révélé par Allah le Très-Haut. Mais, je vais vous expliquer la signification de ce verset descendu du ciel vers moi : lorsque l’Ange Jibrîl (as) fut descendu du ciel à trois reprises vers moi, il m’ordonna sur ordre de mon Seigneur, de révéler à toute cette assemblée, c’est-à-dire à vous, présents, que vous soyez de couleur blanche ou noire, d’accepter qu’Ali ibn Abi Talib (as) soit mon frère, l’exécuteur testamentaire, le Calife, l’Imam après moi. De considérer qu’il est semblable à Haroun (as) vis-à-vis de moi comme Haroun vis-à-vis de Moussa (as). Mais il n’y aura plus de Prophète après moi. Il est votre Maître après Allah et son Prophète Mohammad (saww).  Ainsi, Allah le Très-Haut  m’a révélé ce verset dans son Livre Saint : « Vous n’avez pas de Maître en-dehors d’Allah et de son Prophète, et de ceux qui ont la foi ; ceux qui s’ac
quittent de la prière, ceux qui font l’aumône tout en s’inclinant humblement
. » (Sourate Al-Ma’ida, verset 55) 
Et Ali ibn Abi Talib (as) fit sa prière et donna l’aumône en s’inclinant, désirant Allah digne de Majesté à chaque instant. J’ai demandé à l’Ange Jibrîl (as) de me dispenser de transmettre ce messager pour vous. Ô vous les humains ! Dans ce monde, on trouve très peu de gens pieux, de croyants véritables. En revanche, on trouve beaucoup d’hypocrites, beaucoup d’hommes qui tendent des pièges pour faire du mal et pour se moquer de l’Islam. Mais Allah les a décrits dans son Livre : « Ils articulent des mots avec leur langue, mais ces mots n’émanent pas de leurs cœurs, ils se donnent bonne conscience, ceci est trop énorme pour Allah. » Il y en a beaucoup parmi eux qui me traitent de paranoïaque et qui vont affirmer que j’ai mal compris ou mal entendu le message. Ils ont mis en doute ma franchise et n’ont pas voulu me croire. Allah, Digne de louange, a bien voulu me révéler ce verset du Saint-Qoran : « Bon nombre d’entre eux insultèrent le Prophète en disant : il est paranoïaque. Dis : Celui qui prête l’oreille est meilleur que vous, il croit en Allah, et il est bon envers les croyants. » (Sourate le Repentir, verset  61). Si j’avais voulu, j’aurai désigné les ennemis par leurs noms. Mais ils formaient une partie intégrante à l’intérieur de ma communauté. Aussi, j’ai souhaité qu’ils constatent eux-mêmes les preuves évidentes que j’apportais de mon Seigneur. Pourtant, par Allah, leur vie aurait été honorable s’ils avaient cru. Mais, j’obtiendrai la satisfaction d’Allah lorsque j’aurai transmis le message révélé. Puis, le Prophète (saww) récita le verset : « Ô Prophète ! Fais connaître ce qui t’a été révélé par ton Seigneur « au sujet de Ali –as ». Si tu ne le fais pas, tu n’auras pas fait connaître Son Messager. Allah te protégera contre les humains. » (Sourate Al-Ma’ida, verset 67) Sachez, ô assemblée, qu’Allah a institué pour vous un Maître, un Imam que l’on doit suivre obligatoirement, pour tous les Mouhajirines, les Ansars, et pour tous ceux qui les suivent convenablement, pour tous ceux qui viendront dans ce monde, pour tous ceux qui sont présents, les Bédouins, les Arabes, les gens libres, les rois les pauvres et les riches, le blanc et le noir, et enfin pour chaque personne douée de raison. Sa parole constitue une sanction, son ordre doit être exécuté. La malédiction se trouvera sur celui qui lui désobéira. La miséricorde se trouvera sur celui qui lui obéira. Le croyant sera celui qui est loyal envers lui. Celui-là obtiendra le pardon d’Allah de même que celui qui l’écoutera et lui obéira. Ô Assemblée ! Ce jour est le dernier où vous me verrez à cet endroit. Aussi, écoutez, obéissez, et réfléchissez bien à l’ordre de votre Seigneur. Allah, le Tout-Puissant, est votre Maître, votre Divinité. Il a choisi Mohammad comme votre Gouverneur, votre Résurrecteur et c’est celui qui vous parle en son Nom ; ensuite, après moi c’est Ali (as) votre Maître, votre Imam, par l’ordre de votre Seigneur. Ensuite, l’Imamat se trouve dans sa descendance, c’est-à-dire parmi ses enfants. Ainsi, jusqu’au jour où vous rencontrerez Allah et Son Prophète. Ce qui est licite est autorisé par Allah, de même ce qui est illicite est interdit par Lui. Allah m’a enseigné le licite et l’illicite. Moi, je vous communique ce que m’a enseigné mon Seigneur dans Son Livre : ce qui est permis et ce qui est interdit. Ô Assemblée ! Il n’y a pas une science qu’Allah ne m’ait divulguée. Chaque science révélée à moi a été enseignée à un Imam Pieux. Toute la science que je possède a été transmise à Ali (as). C’est Lui l’Imam Véridique. Ô Assemblée ! Vous ne vous égarerez jamais avec lui. Ne vous écartez pas de sa voie, ne soyez pas orgueilleux à cause de son autorité. C’est lui qui vous guide vers la vérité et qui agit à travers elle. Il anéantit ce qui est contraire à la vérité et détourne du mauvais chemin ceux qui s’égarent. Il n’a jamais douté sur l’existence d’Allah. Ali (as) était le premier à croire en Allah et en son Prophète. Il fut le seul à accepter d’offrir sa vie pour le Prophète. Le seul aussi à rester avec le Prophète pour adorer Allah. Ô Assemblée ! Allah lui a accordé la supériorité et la vertu. Hâtez-vous de lui obéir et de lui rester fidèle, car Allah lui a réservé un rang élevé. Ô Assemblée ! Ali (as) est un Imam (guide) décrété par Allah. Le repentir de celui qui réprouve son autorité ne sera pas accepté par Allah le Très-Haut. Allah ne pardonnera pas à celui qui renie la Walayat de Ali (as). Un terrible châtiment s’abattra sur ceux qui transgresseront cet ordre. Ne soyez jamais en désaccord avec Ali (as), car le feu et les pierres seront la rétribution des incrédules. Ô vous qui m’écoutez ! Pour moi, Allah a voulu que les premiers Prophètes et Envoyés annoncent la bonne nouvelle de ma venue. Je suis le sceau des Envoyés et des Prophètes. Je suis la preuve irréfutable sur toutes les créatures des cieux et des terres. Celui qui émet un doute sur cela est un infidèle et son infidélité remonte aux temps de l’ignorance. Celui qui doute sur ce qu’il vient d’entendre, celui-là a douté de mes paroles prononcées auparavant et ce doute le précipitera dans le feu de l’enfer. Ô Assemblée ! Ceci constitue la preuve qu’Allah m’aime. Il m’a accordé la suprématie et l’honneur en m’attribuant Ses qualités. Il n’y a de divinité que Lui. A Lui revient la louange ainsi que sur moi-même pour l’éternité et pour ce temps-là et pour tous les temps à venir. Ô Assemblée ! Aimez beaucoup Ali (as), car il est supérieur à tout le genre humain après moi. Grâce à nous, Allah a accordé la subsistance et la vie au genre humain. Maudit est le transgresseur qui rejette Ali (as) en écoutant mes paroles. Ignorez-vous que l’Ange Jibrîl (as) m’a informé ceci de la part d’Allah le Très-Haut : « Celui qui manifeste son hostilité à l’égard d’Ali (a
s) sans jamais l’aimer rencontrera ma malédiction et ma colère
. » 
Prenez garde de ce que votre âme vous suggère, et craignez Allah sans jamais désapprouver Ali (as). Si vous le désapprouvez, vous trébucherez immanquablement. Allah est bien Informé de ce que vous faites. Ô Assemblée ! Allah nous demande de réfléchir à travers Son Livre, le Saint-Qoran. Il dit : « Que dira l’âme : Malheur à moi à cause de mes négligences envers Allah ! » (Sourate Les Groupes, verset 56) Ô Assemblée ! Analysez minutieusement le Saint-Qoran et essayez de comprendre ses versets. Explorez tous les sujets traités et n’égarez point votre esprit sur des versets aux sens obscurs et suffisamment explicites pour certains. Par Allah, nul ne peut vous révéler le sens de ces versets obscurs, ni vous expliquer son commentaire hormis moi qui ait saisi la science d’Allah, puis Allah me l’a transmise pour moi. Aussi, Allah m’a accordé un soutien (assistant) ; je vous informe que je suis le Maître et que Ali (as) est votre Maître, mon frère, mon successeur. Ali ibn Abi Talib (as) est votre Maître par ordre d’Allah, le Tout-Puissant, ceci m’a été révélé. Ô Assemblée ! Ali (as) et sa descendance excellente représentent le petit poids et le Saint-Qoran représente le grand poids Chacun d’eux est constitué de la même essence et sont en parfaite harmonie. Il n’y aura aucune séparation entre eux jusqu’à ce qu’ils me rejoignent au Paradis. Les douze Imams (as) sont les dépositaires d’Allah sur ses créatures et sur ses dirigeants (souverains) sur sa Terre. N’ai-je pas accompli ma mission ? N’ai-je pas révélé Son Message ?  Ne vous l’ai-je pas fait entendre ? Ne vous l’ai-je pas expliqué ? N’est-ce pas Allah le Tout-Puissant qui a décrété ce message et moi qui vous l’ai révélé par Allah le Tout-Puissant ? N’est-il pas vrai que le Prince des croyants (as) que voici est mon frère ? Aucun homme parmi les croyants ne pourra l’égaler après ma disparition. 

Puis, le Saint-Prophète Mohammad (saww) tapa l’épaule de Ali (as) de sa main pour l’élever. Ali (as) fut le premier élu par le Saint-Prophète (saww) à une si haute place. Il saisit Ali (as) et le montra à la foule avec les pieds à la même hauteur que les genoux du Saint-Prophète, lequel déclara :

« Ô Assemblée ! Ali (as) est mon frère et mon exécuteur testamentaire. Il est celui qui possède ma science, il est le calife sur ma communauté. Il a la capacité d’effectuer le commentaire du Livre d’Allah. Il appelle les gens vers Allah. Il agit dans l’intention de plaire à Allah. Il combat les ennemis d’Allah. Il est d’une loyauté irréprochable dans son obéissance à Allah. Il s’interdit de désobéir à Allah. Il est le successeur du Prophète d’Allah. Il est le Prince des croyants. Il est l’Imam bien guidé. Il est celui qui foudroie les infidèles, les injustes et tous ceux qui s’écartent de la voie droite d’Allah (swt). Je vous le dis, mes parles resteront inchangées, car elles constituent l’ordre de mon Seigneur. Je dis : « Ô Allah ! Sois l’ami de celui qui est l’ami d’Ali (as), et sois l’ennemi de celui qui est l’ennemi d’Ali (as). Maudis celui qui rejette son autorité et sa supériorité. Sois courroucé à l’égard de celui qui renie le droit d’Ali (as). Ô Allah ! Tu m’as révélé que l’Imamat après moi sera accordé à Ali (as), ton Ami intime dont Tu m’as informé et que Tu as élevé devant moi. Par lui, Tu parachèves l’acte d’adoration en répandant Ta bénédiction et Ta satisfaction par l’Islam. Ainsi Tu as affirmé : « Celui qui recherche une religion en dehors de l’Islam n’est pas accepté. Cet homme sera, dans la vie future, au nombre de ceux qui ont tout perdu. » (Sourate la Famille (Ale) Imran, verset 85) Ô Allah ! Moi, je Te prends à témoin, car Tu me suffis comme témoin, que j’ai bien révélé Ton message. Ô Assemblée ! Allah le Tout-Puissant a parachevé votre religion par son Imamat. Celui qui ne fait pas entièrement confiance à Ali (as) et celui qui ne suit pas la voie de ses enfants (les 11 Imams Immaculés –as) et qui se présentera au Jour de la Résurrection sans avoir changé de comportement et d’opinion à l’égard d’Ali (as) et des onze autres Imams (as), aura comme rétribution le feu de l’enfer pour l’éternité et son châtiment ne sera pas allégé malgré les bonnes actions accomplies, car elles seront vaines et Allah ne le regardera point. Ô Assemblée ! Ali (as) que voici est votre secoureur. Il vous accordera vos droits comme je vous les ai accordés. Il vous rapprochera de moi et vous élèvera auprès de moi et auprès d’Allah, le Tout-Puissant, moi, par Lui, je serai satisfait. Aucun verset ne me fut révélé sans avoir au préalable l’entière approbation d’Ali (as). Allah s’est adressé à moi pour me parler des croyants d’abord en me parlant d’Ali (as). Il n’y a pas un verset d’éloge dans le Saint-Qoran si ce n’est pour Ali (as). Il n’y a pas de meilleur témoignage pour accéder au Paradis comme celui qui est réservé à Ali (as), le meilleur homme. Ô Assemblée ! Ali (as) est le secoureur de la religion d’Allah. Il constitue le renfort du Prophète d’Allah (saww). Il est le Pieux, le Pur, le Guidé, le Bien Guidé. Votre Prophète est supérieur et meilleur aux autres Prophètes. Son successeur, votre tuteur Ali (as) est le meilleur des exécuteurs testamentaires. Ses enfants sont les meilleurs exécuteurs testamentaires après lui. Ô Assemblée ! La descendance de chaque Prophète se fait par lui, ma descendance se trouve dans l’épine dorsale d’Ali (as). Ô Assemblée ! Iblis a fait sortir Adam (as) du Paradis en lui insufflant le sentiment de jalousie. Ne soyez pas jaloux d’Ali (as), car vous perdrez toutes vos actions et vos pieds trébucheront. Sachez qu’Adam (as) est descendu vers la terre pas sa faute. Adam (as) est l’élu, l’Immaculé, le Pur d’Allah le Tout-Puissant. Comment cela se passera pour vous, alors que vous serez ennemis d’Allah ? Celui qui n’aime pas Ali (as) est malheureux, celui qui aime Ali (as) est pieux. Le véritable croyant croit en lui. C’est pour Ali (a), je le jure par Allah, que la Sourate al-Asr me fut révélée : « Au Nom d’Allah le Tout-Miséricordieux, le Tout-Miséricordieux. Par le Temps ! Oui, l’humain est en perdition, à l’exception de ceux qui croient ; de ceux qui accomplissent des œuvres bonnes ; de ceux qui s’encouragent mutuellement à rechercher la Vérité ; de ceux qui s’encouragent mutuellement à la patience. » Ô Assemblée ! J’ai pris Allah à témoin, que je vous ai bien révélé son message. Tout message pour un Prophète est une proclamation évidente. Ô Assemblée ! Craignez Allah d’une crainte véritable, ne mourrez qu’en étant musulman. Ô Assemblée ! La lumière d’Allah se trouve sur ma voie. Ensuite, sur celle d’Ali (as) et sur celle de sa descendance ainsi jusqu’au résurrecteur : le Mahdi (as). Le Mahdi (as), sur ordre d’Allah, agira conformément à la lumière des principes divins instaurés et Allah le Tout-Puissant a accordé sa prééminence à nous tous, les quatorze Immaculés (as) sur l’ensemble de l’humanité. Allah a fait de nous Ses preuves à l’égard des négligents, des déviateurs, des obstinés, des adversaires, des débauchés, des scélérats et des oppresseurs. Ô Assemblée ! Je vous annonce comme l’ont fait les Prophète antérieurs à moi que si je venais à mourir et que vous tombiez de nouveau dans la mauvaise voie (dalal’late), sachez que vous ne nuirez en rien à Allah (swt). Allah récompense ceux qui le remercient. Sachez qu’Ali (as) est doué d’une grande patience et capable d’une profonde gratitude à l’égard d’Allah. Ensuite, ce sont ses enfants (les onze Imams – as) qui possèdent ces traits de caractère. Ô Assemblée ! Ne désespérez jamais d’Allah en refusant Ali (as), car Allah vous a accordé un bienfait à travers Ali (as). Allah manifestera sa colère et répandra son châtiment sur celui qui dissimule dans son cœur une mauvaise pense pour Allah, ou pour Ali et sa Famille purifiée (as). Ô Assemblée ! Il viendra après moi une communauté qui appellera à l’e
nfer, à cause de son égarement dû à la non reconnaissance de la walayat de l’Imam Ali (as). Ils ne seront pas secourus le Jour de la Résurrection. 
Ô Assemblée ! Ils seront ainsi et ceux qui voudront les secourir, les suivre et qui les aimeront dans ce qu’ils ont de plus vil auront le châtiment de l’enfer où demeurent les orgueilleux. Ignorez-vous que les compagnons (anges) observent et inscrivent sur les feuillets les actions accomplies ? Un ange dira à l’un des orgueilleux : « Va vers les hommes avec lesquels tu as conclu l’alliance la plus détestable, ceci est inscrit sur nos feuillets. » 
Ô Assemblée ! J’ai averti la communauté en transmettant le message à ceux qui me succèderont jusqu’au jour de la résurrection. Aussi, j’ai transmis ce qu’on m’a ordonné de révéler. Ceci constitue une preuve pour tous ceux qui sont présents et absents, pour tous ceux qui ont déposé un témoignage à leurs enfants ou qui ont omis de le faire, ainsi que pour tous ceux qui n’ont pas d’enfants. Que celui qui est présent le révèle à celui qui est absent de même pour le père à l’égard de son fils et ceci jusqu’au jour de la Résurrection. Celui qui omettra de le faire, sera aveuglé par l’ambition du pouvoir ; il sera possédé du démon, deviendra usurpateur. La malédiction d’Allah s’abattra sur les usurpateurs du droits d’Ali (as) et de ses enfants (les 11 Imams –as-). Les deux poids, c’est-à-dire le Saint-Qoran et ma Famille –as- seront envoyés vers vous comme un feu ardent. Elle vous nuira et personne ne pourra vous secourir si vous ne vous y conformez pas. Ô Assemblée ! Allah le Tout Puissant ne vous considère pas injustement, mais Allah discerne le mauvais du bon. Allah ne vous a pas accordé la possibilité de comprendre l’ésotérisme (le sens caché des choses en vous élevant à un haut degré). Ô Assemblée ! Sachez qu’Allah a détruit chaque communauté parce qu’elle avait crié au mensonge. Ce sera ainsi qu’Il détruira la cité remplie d’oppression comme Allah vous l’a enseigné dans le Saint-Qoran. Ali (as) est votre Imam et votre Maître. Il est celui qui accomplit la promesse d’Allah. Allah authentifie sa promesse à travers lui. Ô Assemblée ! Beaucoup de personnes avant vous ont été égarées. Par Allah, Il a détruit ceux qui vous précédaient. Il est celui qui détruira aussi les suivants (renégats). Allah le Très-Haut dit : « N’ai-je pas anéanti les premiers infidèles et leurs successeurs. C’est ainsi que J’agis envers les scélérats. Maudits ceux qui crient au mensonge. » Ô Assemblée ! Allah m’a ordonné d’interdire le mal et de prescrire le bien. Ceci je l’ai dit à Ali (as), en lui enseignant l’ordonnance du bien et l’interdiction du mal sous ordre de mon Seigneur le Tout-Puissant. Ecoutez son ordre et vous serez apaisés pour toujours. Obéissez-lui et vous serez guidés. Interdisez-vous ce qu’il vous a interdit, ainsi vous serez bien guidés. Méditez sur sa grandeur et ne vous divisez pas les uns et les autres en vous écartant de son chemin. 
Ô Assemblée ! Je représente la voie droite d’Allah, et Allah vous a ordonné de suivre cette voie. Après moi, c’est Ali (as) qui doit être suivi, puis son enfant Hassan (as), puis son enfant Hussein (as), et ensuite les neufs Imams (as). Ils vous guideront vers la vérité et vous deviendrez des justes. La sourate Al-Fatihah fut révélée au Prophète Mohammad (saww) ainsi qu’à Ali (as) et aux onze Imams (as). Ils ont le rang le plus élevé, ils forment l’élite, ils sont les aimés d’Allah. Il n’y a aucun doute sur eux et ils ne connaîtront jamais la tristesse (dans le sens de l’égarement). Les partisans d’Allah sont les vainqueurs. Les ennemis d’Ali (as) se plaisent dans la dissension, dans l’hypocrisie, dans l’animosité et dans la haine. Ils sont les frères des démons doués de paroles diaboliques qui mènent à l’égarement. Leurs partisans sont décrits dans le Livre d’Allah le Tout-Puissant « Tu ne trouveras pas un peuple croyant en Allah et au Jour dernier témoignant de l’affection. Il s’agit de ceux qui s’opposent à Allah et à Son Prophète. » Mais les amis d’Ali (as) et des onze Imams (as), Allah le Tout-Puissant les décrit dans son Livre ainsi : « Ceux qui croient et ceux qui ne revêtent pas leur foi de prévarication (n’affublent pas d’injustice leur croyance), se trouvent en sécurité, car ils sont bien dirigés. » Encore, Allah décrit leurs amis : « Ils rentreront au Paradis en Paix (en sécurité). » (Sourate 6, les Troupeaux, verset 82). Une autre description de leurs amis dans la Sourate « Les Groupes, verset 73 : « Ceux qui craignent leur Seigneur seront conduits par groupes au Paradis. Ses portes s’ouvriront à leur arrivée, ses gardiens leur diront : que la paix soit avec vous ! Vous avez été bons sur Terre. Entrez ici pour y demeurer immortels. » Les anges les recevront en paix pour toutes les bonnes œuvres qu’ils auront accompli. Ignorez-vous qu’Allah le Tout-Puissant dit à propos de leurs amis : « Ils rentreront au Paradis sans jugement. » Ignorez-vous que leurs ennemis seront précipités dans le brasier ardent. Allah dit : « Quant à celui qui recevra son livre derrière son dos, il appellera l’anéantissement et il tombera dans un brasier. » (Sourate La Déchirure, versets 10 à 12) En ce qui concerne les ennemis, Allah dit à leur sujet : « Chaque fois qu’une communauté pénètre dans l’enfer, elle maudira celle qui lui ressemblait dans ce monde. » Allah dit encore à leurs sujets : « Chaque fois qu’une communauté est jetée dans l’Enfer, ses gardiens l’interrogent : un avertisseur n’est-il pas venu jusqu’à vous ? Ils disent : Oui, un avertisseur est venu à nous, mais nous avons crié au mensonge en lui déclarant ceci : Allah n’a rien fait descendre, vous êtes seulement dans un profond égarement. » (Sourate La Royauté, versets 8 et 9) Allah dit au sujet des amis d’Ali (as) et de sa Famille (as) : « Ils craignent leur Seigneur dans ce qui leur a été dissimulé. Ils recevront un grand pardon et une très belle récompense. » Ô Assemblée ! Ne savez-vous pas que je suis l’avertisseur « annonciateur » et qu’Ali (as) est votre protecteur ? Ô Assemblée ! Je suis le Prophète et Ali (as) est mon successeur légal. Ignorez-vous que le sceau de notre communauté provient de notre Famille : le Résurrecteur, le Mahdi, le Bien Guidé –as-. Ignorez-vous qu’il est capable de divulguer le sens de la Religion et qu’il est le symbole de la Religion ? Il est celui qui rend justice en châtiant les oppresseurs. Il est le conquérant des forteresses. Il est celui qui foudroie les polythéistes. Il est celui qui épargne des dangers des Amis d’Allah. Il est celui qui secourt la religion d’Allah. Il est semblable à un récipient dans les profondeurs de l’océan. Il connaît parfaitement ceux qui ont tiré un enseignement grâce à lui et connaît ceux qui ignorent tout de lui. Il est un bienfait d’Allah et l’Elu d’Allah. Il est l’héritier de toute la science et en est le dépositaire. Il est l’informateur et l’annonciateur d’Allah. Il est le Juste, le Saint. Il est le mandataire d’Allah. C’est par lui que la bonne nouvelle se répandra comme l’ont annoncé ses prédécesseurs. Il est la preuve qui subsistera et personne ne viendra après lui. La vérité ne se verra qu’avec lui, la lumière ne brillera qu’avec lui. Personne ne pourra le vaincre et personne ne pourra secourir ses ennemis. Il est l’Ami intime d’Allah sur Terre : la sagesse se trouve en lui. Il est le fidèle d’Allah en secret et à découvert (en public). Ô Assemblée !  Je vous ai expliqué afin que vous compreniez. Maintenant Ali (as) vous expliquera toute la Religion après moi. Maintenant que mon sermon va s’achever, je vous demande de vous tourner vers Ali (as) et de lui prêter serment d’allégeance sans vous séparer de lui à aucun moment. Celui qui prête serment d’allégeance à Allah et à Ali (as) a prêté serment d’allégeance à moi-même. Aussi, je suis témoin de ce serment d’allégeance à Ali (as) de par Allah le Tout-Puissat : « Ceux qui te prêtent serment d’allégeance ne font que prêter serment à Allah, la main d’Allah est au-dessus de leurs mains. Quiconque est parjure est parjure à son propre détriment. » (Sourate La Victoire, verset 10). Ô Assemblée ! Le Pèlerinage ; al-çafa et al-Marwa, la Oumra (le petit pèlerinage) font partie du rite de la Religion d’Allah. « Celui qui fait le grand Pèlerinage à la Maison d’Allah ou bien le petit pèlerinage (l’Umra), nul reprochee à lui s’il accomplit les (sept) va-et-vient rituels entre ces deux (collines). » (Sourate La Vache, verset 158) Ô Assemblée ! Accomplissez le Pèlerinage à la Maison sacrée d’Allah, car « une rose » se trouve dans ma Famille – Ahl al-Bayt –as- laquelle a embaumé cette maison sacrée. Ne vous écartez pas d’elle sinon vous connaîtrez la pauvreté. Ô Assemblée ! Si un croyant s’arrête à une station désignée (précisée) durant le Pèlerinage, Allah lui pardonnera ses péchés passés et ceux commis avant son arrivée à cet endroit. En revanche, s’il refuse de s’y rendre ses actions seront vaines. Ô Assemblée ! Les Pèlerins  doivent coopérer tout en dépensant leur argent pour accomplir le Pèlerinage et tout en aidant leurs frères à l’accomplir. Allah ne rend pas vaines de bonnes actions accomplies. Ô Assemblée ! Accomplissez le Pèlerinage avec perfection et avec discernement sans vous détourner d’Ali (as), usez du repentir et délaissez les péchés. Ô Assemblée ! Accomplissez la Prière et donnez la Zakat comme Allah vous l’a ordonné. Si la durée de votre vie était prolongée ou si elle était écourtée, ou si même elle n’effleurait pas votre esprit, Ali (as) restera toujours votre Maître de toute évidence. C’est Allah le Tout-Puissant qui a choisi de le placer après moi. Celui qui suit la voie d’Allah et moi-même et qui suit Ali (as) après moi, Ali (as) vous expliquera tout ce dont vous avez besoin et clarifiera vos pensées. Le licite et l’illicite existent sous de nombreuses formes et j’en ai une parfaite connaissance. J’ai ordonné le licite et interdit l’illicite en un seul endroit. Il m’a été ordonné de saisir de vous le serment d’allégeance tout en acceptant qu’il soit révélé par Allah le Tout-Puissant pour Ali (as) le Prince des Croyants, puis pour ses descendants (as) après lui. Ils font partie de moi, et d’eux sortira le Résurrecteur, le Mahdi (as) jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci est la véritable volonté d’Allah. Ô Assemblée ! J’ai informé Ali (as) sur toute chose licite et vous informera sur toute chose illicite. Je ne reviendrai jamais sur mes paroles et je ne les modifierai pas. Réfléchissez et prenez soin de lui. Encouragez-vous mutuellement à lui rester fidèle. Ne  déviez pas de sa voie et ne soyez pas en contradiction avec lui. Moi, je vous renouvelle mon Message : accomplissez la Prière, donnez la Zakat, ordonnez le bien, interdisez le mal. Ignorez-vous que l’origine de la prescription du bien et de l’interdiction du  mal s’achèvent par mes paroles ? Aussi, informez ceux qui sont absents et conseillez-les afin qu’ils acceptent mon Message. Qu’ils s’écartent des renégats vis-à-vis d’Ali (as). Et alors, sachez que cet ordre vient d’Allah le Tout-Puissant, et de moi-même. Il n’y a pas d’ordonnance de bien et d’interdiction du mal qu’avec un Imam infaillible. Ô Assemblée ! Le Saint-Qoran vous informe que ceux qui lui succèderont seront ses enfants (as). Le Saint-Qoran vous informe aussi qu’Ali (as) est de moi et moi, de lui. Comme Allah le souligne dans son Livre Saint, il fit de ce fait un messager qui devait se perpétuer à travers sa descendance. J’ai dit : « Vous ne vous égarerez point si vous vous attachez à eux, c’est-à-dire le Saint-Qoran et ma Famille (Ali, la Sainte Fatima, Hassan, Hussein et les neuf autres Imams – as-). » Ô Assemblée ! Soyez pieux ! Soyez pieux ! Prenez garde au temps qui passe, comme Allah le Tout-Puissant nous le dit : « Le séisme de l’heure fatidique est un moment terrible ! Souvenez-vous de la mort, du Jugement dernier, du poids de vos actions sur la Balance, des récompenses et des châtiments. Celui qui se présentera avec une bonne action sera rétribué par Allah. Celui qui se présentera avec une mauvaise action n’aura aucune récompense et ne pourra accéder au Paradis. » Ô Assemblée ! Vous êtes nombreux à vous tourner vers moi. Aussi, Allah le Tout-Puissant  m’a ordonné de saisir votre approbation au sujet du pacte conclu avec Ali (as), de saisir l’approbation des autorités gouvernant les croyants en ce qui concerne le serment d’allégeance à l’égard d’Ali (as). Celui qui viendra après Ali (as) parmi ses descendants sera de mon sang, de moi. Il vous enseignera ce que je vous ai enseigné. Ma Famille (as) provient d’Ali (as) et dites tous ensemble : « Nous avons entendu, nous obéissons tous, heureux et satisfaits. Nous avons bien reçu le message que tu nous as transmis de la part de notre Seigneur concernant Ali (as) et ses enfants (les Imams Infaillibles –as-). Nous jurons fidélité sur ce message révélé : le serment d’allégeance à Ali (as) par nos cœurs, nos âmes, nos langues et nos mains. Par ce message, nous vivrons, puis nous mourrons, et nous serons ressuscités. Nous ne changerons pas d’attitude, nous ne dévierons pas, nous n’émettrons aucun doute, nous ne ferons aucun soulèvement. Nous ne reviendrons pas sur le pacte conclu, nous ne ferons aucune annulation. 
Nous obéissons à Allah, nous t’obéissons et nous obéissons à Ali (as), le Prince des Croyants, ainsi qu’à ses enfants, lesquels sont les descendants légitimes, car ils sont de ta famille. Ceux qui viendront après Hassan et Hussein (as), vous les connaissez, car je vous ai expliqué leur position. Leur pouvoir se trouve avec moi et leur demeure se trouve chez mon Seigneur le Tout-Puissant. Aussi, je vous conseille de suivre les deux Princes de la jeunesse du Paradis al-Hassan et al-Hussein qui seront des Imams l’un après l’autre après leur père Ali (as). Moi, je suis leur père bien avant Ali (as). » Dites : « Nous nous conformons à Allah par cela ainsi qu’à toi-même, à Ali (as), à Hassan et Hussein (as) et aux neuf Imams descendants de Hussein (as). Nous réitérons notre engagement vis-à-vis du pacte d’Ali (as) l’Emir des Croyants, ceci par nos cœurs, nos âmes, nos langues et nous frappons des mains en signe d’acceptation. Nous nous rapprochons d’eux par nos langues (paroles prononcées) et nous ne voulons aucun changement et nous ne voulons point que nos âmes dévient. Allah est notre témoin, Allah nous suffit comme témoin, toi-même tu es notre témoin ainsi que tous ceux qui obéissent en étant présents et absents, c’est-à-dire les anges d’Allah, ses soldats, ses adorateurs. Allah est le plus grand Témoins de tous ceux qui témoignent aujourd’hui. Ô Assemblée ! Quelle sera votre réponse ? Allah a connaissance de toutes vos paroles et sait ce que vos âmes dissimulent. Celui qui est guidé, ceci sera un bien pour lui. Celui qui est égaré, il ne pourra nuire à Allah. Celui qui prête serment d’allégeance à Ali (as), c’est à Allah qu’il prête serment d’allégeance ; la main d’Allah est au-dessus de leurs mains. Ô Assemblée ! Craignez Allah et prêtez serment d’allégeance à Ali (as), le Prince des Croyants, puis à Hassan, à Hussein et aux neuf autres Imams (as) descendants de Hussein (as), ceux qui symbolisent la bonne parole éternelle. Allah détruira ceux qui les auront trahis. La miséricorde d’Allah se répandra sur ceux qui lui seront fidèles : « Celui qui trahit son serment, se fait tort à lui-même par sa traîtrise. » Ô Assemblée ! Répétez ce que je viens de vous dire et soumettez-vous à l’autorité religieuse d’Ali (as) et dites : « Nous avons entendu et nous obéissons. Notre Seigneur nous pardonnera nos fautes passées et vers Lui nous retournerons. » Dites encore : « Louange à Allah qui nous a dirigés dans la voie droite sans laquelle nous serions égarés. » Ô Assemblée ! La supériorité, perfection d’Ali ibn Abi Talib (as) se trouve auprès d’Allah le Tout-Puissant. Il y a plusieurs versets dans le Saint-Qoran qui le prouvent. J’ai énuméré ces versets en vous expliquant le sens, vous les avez compris, et vous avez attesté leur véracité. Ô Assemblée ! Celui qui obéit à Allah, à son Prophète (saww), à Ali (as) et aux onze Imams (as) après lui comme je vous l’ai annoncé obtiendra le salut. Ô Assemblée ! Devancez-vous les uns et les autres pour prêter serment d’allégeance à Ali (as) ! Allez vers sa loyauté et préserv
ez son autorité religieuse devant les croyants. Voici ceux qui triompheront pour accéder au Paradis avec la satisfaction (félicité.) 
Ô Assemblée ! Prononcez des paroles convenables à l’égard d’Ali (as) afin de plaire à Allah. Ce verset est pour vous : « Si vous restez incrédules, vous et tous les habitants de la Terre, vous ne pourrez nuire en rien à Allah. » Ô Allah ! Pardonne aux croyants, sois courroucé à l’égard des incrédules et louange à Allah le Seigneur des Mondes. » 

Toute l’assemblée présente déclara : « Nous avons entendu, nous obéirons à l’ordre d’Allah et à l’ordre de son Prophète (saww) par nos cœurs, par nos langues, par nos mains. Nous nous unirons au Prophète d’Allah (saww) et à Ali (as) et nous tous, nous serons leurs mains en signe d’approbation.

Le premier venu qui serra la main du Prophète Mohammad (saww) pour prêter serment d’allégeance fut Abou Bakr, puis Omar, puis Othman, puis Moawiya. En cinquième position suivirent les Mouhajirines, les Ansars et tous les autres hommes des différentes contrées.

Jusqu’au moment de la prière du Maghrib, puis, après la prière, l’assemblée prêta serment d’allégeance par trois fois à Ali (as), puis le Saint-Prophète (saww) prononça : « Louange à Allah qui nous a accordé un rang élevé sur l’ensemble des mondes. »

Lorsque le Prophète d’Allah acheva son sermon, les gens virent un homme d’une extraordinaire beauté déclarer : « Je n’ai jamais vu Mohammad (saww) dans cet état, par Allah, lorsqu’il a attesté la succession du fils de son Oncle, Ali (as), avec certitude. Il n’y a que l’incrédule qui puisse avoir des problèmes avec Ali (as), avec le Saint-Prophète (saww) et donc avec Allah le Sublime. Une terrible malédiction est réservée à l’incrédule. »

Omar ibn al-Khattab entendit les paroles de cet homme, il en fut très surpris et alla trouver le Saint-Prophète Mohammad (saww) pour lui demander :

          N’as-tu pas entendu cet homme, parlant d’Ali ?

          Ô Omar, ignores-tu qui était cet homme ? répondit le Saint-Prophète (saww).

          Je l’ignore, répondit à son tour Omar.

          C’est l’Esprit Saint, le Fidèle Jibrîl (as). Prends garde toi aussi de t’écarter d’Ali (as) car si tu agissais ainsi, Allah, son Prophète et ses anges, et les croyants n’auront aucun compte à te rendre ! dit alors le Saint-Prophète (saww).

References 

§                     al-Ihtijaj by Ahmad Ibn Ali al-Tabarsi, volume 1, p.56-66. (Narrated from Muhammad al-Baqir§                     al-Yaqin by Sayyid Ibn Tawus, p.343-361. (Narrated from Muhammad al-Baqir)  §                     Rawdhat al-Wa’idhin by Muhammad Ibn al-Hasan al-Fattal al-Nishaburi, part 1, p.89-99. (Narrated from Muhammad al-Baqir) §                     Iqbal al-A’mal by Sayyid Ibn Tawus, p.454-457.(Narrated from Hudhayfa Ibn Yaman through Sunni authorities) §                     al-Tahsin by Sayyid Ibn Tawus, p.584. (Narrated by Zayd Ibn Arqam through Sunni authorities) 

Références sunnites complètes : http://www.al-islam.org/ghadir/

L’Imam Ali (as) a dit :

« Accordez toujours aux gens leurs droits, qu’ils soient musulmans ou incroyants. S’ils sont des musulmans, ce sont vos frères de foi (Iman), et même s’ils ne le sont pas, ce sont vos semblables (les créatures d’Allah –swt-). »

L’Imam Ali (as) a déclaré :

« Je  suis le Signe du Tout-Puissant ; je suis le Premier et le Dernier. Je suis le Manifeste et le Caché. Je suis la Face d’Allah. 

Je suis la main d’Allah. Je suis celui qui, dans l’Evangile est appelé Elie –as-. Je suis celui qui détient le secret de l’Envoyé d’Allah (saww). »

Les transmetteurs de La Déclaration de Ghadir Khumm 
Des centaines de célèbres rapporteurs de hadiths, exégètes, historiens, jurisconsultes et théologiens de Ahl-as-Sunnah ont mentionné le hadith de Ghadir dans leurs ouvrages et selon des récits similaires. 

« Tabarî, célèbre historien sunnite, dans son ouvrage Al-Wilâyafi Tarîqi Hâdis Al-Ghadir, transmet le hadith selon une chaîne aux maillons multiples dont le point d’ancrage est le Prophète (pslf). Ibn Uqdah Al-Kufi!, dans son ouvrage Al¬Wilâya le rapporte à travers une multitude de personnes. Abû Bakr Mohammed Ibn Omar AI-Bagdâdî, connu sous le nom de Ya’ânî, a cité le hadith à travers une chaîne de vingt-cinq maillons. Le nombre de frères sunnites qui ont écrit à propos de cet événement bien particulier arrive à vingt-six.
« Tirmidhi dans son Sahîh, écrit: Ce hadith est qualifié de bon-hasan et fiable-sahîh [Al-Yâmi As-Sahih de At-Tirmidhi, tome 2, p. 298]. Ibn Abdel Birr Al-Qurtubi, dans son Isti ‘âb, citant ce hadith et d’autres le concernant, écrit: Toutes sont des chroniques correctes et prouvées [Al-Isti ‘ab, tome 2, p. 273] 
« Shams-ud-Dîn Adha-Habbî a écrit un ouvrage consacré uniquement au hadith de Al-Ghâdir, et il en a fait mention selon divers maillons de chaînes de transmission dans Talkhîs AI-Mustadrak, considérant corrects la plupart de ces maillons de transmission. 
« Ibn Hayar Al-Mekkî déclare dans son As-Sawâ ‘iq : C’est là un hadith correct sur lequel il n’y a aucun doute, il a été cité par un groupe composé de At- Tirmidhî, An-Nisâ’î et Ahmad. Ces maillons de transmission sont nombreux [As-Sawâ-ïq Al¬Muhriqah, p. 25]  « Ibn Hayar Al-Asqalânî a cité le hadith dans de nombreux passages de son Tahdhîb-ut Tahdhib, et à son propos, il commente ainsi: Ibn Jarîr – At-Tabarî a fait mention d’une chaîne de transmission du hadith dans un ouvrage à part, le considérant sahîh-correct. De même, Ibn Uqdah a compilé les chaînes de transmission en un seul chapitre, les rattachant à soixante dix Compagnons [Tahdhib-ut Tahdhib, tome 7, p. 339]. Les voies de ce hadith sont nombreuses, et bon nombre d’entre elles sont correctes et fiables [Fath-ul Bâri fi Sahih Al-Bukhari. tome 7, p, 61]. 
« Les affirmations ci-dessus sont les conclusions de quelques sages spécialisés en hadith et Riyâl de Ahl As-Sunnah, ce qui vient conforter l’authenticité du hadith de Ghadir. Ajouter à cela les noms suivants de transmetteurs du hadith de Ghadir: 

Ibn Mâyah dans son Sunan [Tome 1, pp.28-29]; Ahmad dans son Musnad [Tome 4, p. 281] ; An-Nisâ’i dans Al-Khasâ ‘is, [p. 21] et Ibn’ Abd-ul Birr dans Al-Isti ‘âb [Tome 2, p. 473] ont transmis du Compagnon Al-Barâ’ ibn’ Âzib. Ibn Kazir dans Al-Bidâiah uan Nihâiah [Tome 5, p. 209] et Kanz-ul ‘Ummâl [Tome 6, p. 398] est transmis de Jâbir ibn ‘Abd-ullah. At- Tirmidhi [Tome 2, p, 298] ; Al-Fusûl Al-Muhimmah (p. 25) et Al-Bidâiah wa Nihâiah [Tome 5, p. 209] ont transmis de Hudhaifah ibn Asid Al-Giffâri ; Musnad Ahmad [Tome 4, p 368] ; Al-Khasâ ‘is [pp. 21-22] ; Mustadrak Al-Hâkim [Tome 3, p. 109] ; Al-Isti ‘âb [Tome 2, p. 473J et Ta ‘rikh-ul Califâ [p. 114] ont transmis de Zaid ibn Arqam, Ibn Mâyah [Tome l, p. 30] ; Al-Khasâ ‘is [pp 4, 22, 25] et Hiliat-ul Awliâ’ [Tome 4, p. 356] ont transmis de Sa’d ibn Abî Waqâs. Al-Bidâiah uan Nihâiah [Tome 7, p 349] ; Dhakhâ ‘ir-ul ‘Uqbâ [p. 67] et Ar¬Riiad-un Nadirah [Tome 7, p. 161] ont transmis de ‘Umar ibn AI-Khattâb, Al-Khasâ ‘is [p. 9] ; Musnad Ahmad [Tome 1, p. 331] ; Al-Mustadrak [Tome 3, p. 132) et Al-Bidâiah wa Nihâiah [Tome 7, p. 337] ont transmis de ‘Abd-ullah ibn Abbâs », Texte pris dans El Mensaje de Az-Zaqalain: Imam Ali (5) – Sumaia Younes – éd. : Hodjatolislam Mohsen Rabbany – Publication: La Assemblea Mundial de Ahlul Bait (s) – Qom – R.1. d’Iran – Safar 1420-Juin 1999 – N° 13 – p. 43 et suivantes – Adaptation de l’espagnol au Français : A. Stroïli-Benabderrahmane. 

Événements survenus après La Déclaration de Ghadir Khumm « D’entre les versets descendus après l’Événement de Ghadir Khumm il y a les trois premiers de la Sourate Les Degrés (70) : 
«Un questionneur a réclamé un châtiment inéluctable pour les incrédules. Nul ne peut repousser celui-ci, il vient de Dieu, le Maître des Degrés» (Coran 70/1 .2.3). 

«Les Chiites affirment que la Révélation de ces Versets s’est réalisée à l’occasion de l’événement de Ghadir. Qui plus est, la même affirmation est confirmée par un groupe de savants sunnites dans leurs livres de Tafsir et de Hadiths. Allamah Amînî cite vingt-neuf savants sunnites approuvant le motif de la descente de ces versets.
Il n’en sera cité, ici, qu’un seul d’entre eux: Abu Ubaid Al-Harwi (décédé en 223-4 de l’Hégire, à La Mecque), a transmis dans son Tafsir Garîb-ul Qurân ceci: Après que le Messager de Dieu (pslf) ait annoncé à Ghadir Khumm ce qui lui (pslf) avait été ordonné, alors même que cette annonce était en train de se répandre, Jâbir Ibn Nadr Ibn Hâris Ibn Kaldah Abdarî [dans d’autres chroniques le nom cité de cette personne est Hâriz Ibn Ni’mân Fahrî) se présenta devant le Prophète (pslf) pour lui dire ceci: 

Tu as ordonné de la part de Dieu de témoigner de la Reconnaissance de l’Unicité de Dieu-Al-Tawhid et de ton Message, d’exécuter les prières, d’accomplir le jeûne, d’aller en pèlerinage et de donner l’Aumône. Nous acceptons tout cela, mais, n’étais-tu pas satisfait de toi-même lorsque tu as pris la main de ton cousin pour la lever et déclarer qu’il avait la supériorité sur nous par tes propos suivants: 

De quiconque j’ai été le maître, Ali que voici est son maître. Cette décision vient-elle de ta volonté propre ou de la Volonté de Dieu? 

Le Messager de Dieu (pslt) lui répondit ceci: « Je témoigne au Nom de Dieu qu’il n’y a de Dieu que Lui, que cette décision vient de la Volonté de Dieu. «  
La personne en question, après avoir écouté la réponse, se dirigea vers son chameau en disant:Ô Mon Dieu! Si ce que dit Mohammed est la Vérité qu’il me tombe sur la tête une pierre venant du ciel ou fais-moi subir un terrible châtiment. Il n’avait pas encore rejoint son chameau qu’une pierre (tombée du ciel) vint heurter sa tête, si fortement qu’il en mourra sur le coup. Alors, Dieu fit descendre le verset suivant: « Un questionneur a réclamé un châtiment inéluctable … » (Traduit par Mohammad Bouhadjeb Al-Hachem, publié par La Fondation Imam Hassan al-Modjtaba (as) 




[1] Par exemples, le sermon qu’il a produit spontanément, ne contenant aucun Alif (première lettre de l’alphabet arabe), ou un autre ne contenant aucune lettre arabe avec un point (dot) soit, environ la moitié des lettres de l’alphabet arabe.

Compagnons qui ont relaté cet événement :

Abu Najid, ‘Imran Ibn Hasin al-Khuza’i (d. 52):

‘Amrou Ibn al-Hamq al-Khaza’i al-Koufi (d. 50):

‘Amrou Ibn Sharahil:

‘Amrou Ibn al-‘Asy (a poet of al-Ghadir):

‘Amrou Ibn Murrah al-Jahani, Abu Talha or Abu Mariam:

                         Ghadir Khum (Partie 3 of 3)

Les chaînes de narration (asnad) de Ghadir Khum 

L’importance de la tradition de Ghadir Khum dans l’Histoire se reflète dans sa documentation étendue et mentionnée par la multitude de personnalités au fil des siècles. Bien que, quelques peu banalisée, certaines ont seulement énumérés l’événement parmi les événements historiques sans même y penser, ou ont discuté de la question dans un mélange de jugements émotionnels, nul ne saurait nier l’authenticité de ces récits. L’essence de ce que le Messager de Allah (PBUH & HF) a prononcé le jour de Ghadir n’a pas été contesté parmi tous, même si elles étaient en désaccord sur son interprétation, pour des raisons évidentes.


Penchons-nous sur les listes de certaines des traditions sunnites, commentateurs et
historiens qui ont documenté la tradition de Ghadir Khum dans l’ordre chronologique:

Traditionnistes qui ont mentionné la Tradition de Ghadir Khum 

1. Mohammed Ibn Idris al-Shafi’i (Imam al-Shafi’i, d. 204) per

   “al-Nihayah” by Ibn al-Athir

2. Ahmad Ibn Hanbal (Imam al-Hanbali, d. 241), in “Masnad” and “al-Manaqib”

3. Ibn Majah (d. 273), in “Sunan Ibn Majah”

4. al-Tirmidhi (d. 279), in “Sahih al-Tirmidhi”

5. al-Nisa’i (d. 303), in “al-Khasa’is”

6. Abu-Ya’la al-Mousilli (d. 307), in “al-Masnad”

7. al-Baghawi (d. 317), in “al-Sunan”

8. al-Doolabi (d. 320), in “al-Kuna wal Asmaa”

9. al-Tahawi (d. 321), in “Mushkil al-Athar”

10. al-Hakim (d. 405), in “al-Mustadrak”

11. Ibn al-Maghazili al-Shafi’i (d. 483), in “al-Manaqib”

12. Muhammad al-Ghazzali (d. 505), in “Sirrul `Alamayn”

13. Ibn Mindah al-Asbahani (d. 512), in his book

14. al-Khatib al-Khawarizmi (d. 568), in “al-Manaqib” and “Maqtal al-Imam

    al-Sibt”

15. Abul Faraj Ibn al-Jawzi (d. 597), in “Manaqib”

16. al-Ganji al-Shafi’i (d. 658), in “Kifayat al-Talib”

17. Muhib al-Din al-Tabari (d. 694), in “al-Riyadh al-Nadhirah” and

    “Dhakha’ir al-‘Aqabi”

18. al-Hamawainy (d. 722), in “Fara’id al-Samdtin”

19. al-Dhahabi (d. 748), in “al-Talkhis”

20. al-Khatib al-Tabrizi (d. 8th century), in “Mishkat al-Masabih”

21. al-Haythami (d. 807), in “Majma’ al-Zawa’id”

22. al-Jazri (d. 830), in “Asna al-Matalib”

23. Abul Abbas al-Qastalani (d. 923), in “al-Mawahib al-Ladaniya”

24. al-Muttaqi al-Hindi (d. 975), in “Kanz al-Ummal”

25. Abdul Haqq al-Dihlawi, in “Sharh al-Mishkat”

26. al-Hurawi al-Qari (d. 1014), in “al-Muraqat fi Sharh al-Mishkat”

27. Taj al-Din al-Manawi (d. 1031), in “Kunooz al-Haqa’iq fi Hadith

    Khair al-Khala’iq” and “Faidh al-Qadir”

28. al-Shaikhani al-Qadiri, in “al-Siratul Sawi fi Manaqib Aal al-Nabi”

29. Ba Kathir al-Makki (d. 1047), in “Wasilatul Amal fi Manaqib al-Aal”

30. Abu-Abdullah al-Zarqani al-Maliki (d. 1122), in “Sharh al-Mawahib”

31. Ibn Hamzah al-Dimashqi al-Hanafi, in “al-Bayan wal Taarif”

… et beaucoup d’autres.

Commentateurs sunnites du Quran qui ont mentionné Ghadir Khum 

Les commentateurs sunnites suivants ont mentionné que l’un, ou tout, ou une partie des
versets du Coran mentionnés (tels que [5:67]), qui portait sur l’ordre d’Allah
au Prophète concernant l’annonce de la nomination d’Ali, [5:3], au sujet  de l’exhaustivité de la religion, et [70:1], qui était sur la malédiction d’une personne qui s’était mise en colère contre le prophète pour cette annonce) ont été révélé à l’occasion de Ghadir Khum :

1. Ibn Jarir al-Tabari (d. 310), in “Tafsir al-Bayan”

2. al-Jassas (d. 370), in “Ahkam al-Quran”

3. al-Hafiz Abu Nu’aym (d. 430), in “Asbab al-Nuzool”

4. al-Tha’labi (d. 427 or 437), in “Tafsir al-Tha’labi”

5. al-Wahidi (d. 468), in “Asbab al-Nuzool”

6. al-Qurtubi (d. 568), in “Tafsir Jamiul Hukam al-Quran”

7. al-Fakhr al-Razi (d. 606), in “al-Tafsir al-Kabir”

8. al-Khazin Baghdadi (d. 741), in “Tafsir al-Khazin”

9. al-Nisaboori (8th century), in “Tafsir al-Nisaboori”

10. Ibn Kathir (d. 774), in his “Tafsir” (complete version) under the verse

    5:3 (It is ommitted in coincise version!) narrated from Ibn Mardawayh.

11. al-Hafiz Jalaluddin al-Suyuti (d. 910), in his “Tafsir”

12. al-Khatib al-Sharbini, in his “Tafsir”

13. Abu al-Saud al-Hanafi (d. 972), in his “Tafsir”

14. al-Aloosi al-Baghdadi (d. 1270), in his “Tafsir”

… and many others.

Historiens sunnites qui ont mentionné la Tradition de Ghadir Khum 

1. Ibn Qutaybah (d. 276), in “Ma’arif” and “Imamah wal Siyasah”

2. al-Baladhuri (d. 279), in “Ansab al-ashraf”

3. Ibn Zawlaq al-Laithi al-Misri (d. 287), in his book

4. Ibn Jarir al-Tabari (d. 310), in an exclussive book “Kitabul Wilayah”

5. al-Khatib al-Baghdadi (d. 463), in “Tarikh Baghdad”

6. Ibn Abd al-Bar (d. 463), in “al-Isti’ab”

7. al-Shahristani (d. 548), in “al-Milal wal Nihal”

8. Ibn ‘Asakir (d. 571), in “Tarikh Ibn ‘Asakir” and “Yaqoot al-Hamawi”

9. Ibn al-Athir (d. 630), in “Usd al-Ghabah”

10. Sibt Ibn al-Jawzi (d. 654), in “Tadhkirat Khawas al-Ummah”

11. Ibn Abi al-Hadid (d. 656), in “Sharh Nahjul Balagha”

12. Ibn Khalkan (d. 681), in “Tarikh Ibn Khalkan”

13. Abul Fida (d. 732), in his “Tarikh”

14. al-Dhahabi (d. 748) , in “Tadhkirat al-Huffadh”

15. al-Yafi’i (d. 768), in “Miraat al-Jinan”

16. Ibn al-Shaikh al-Balawi, in “Alef Baa”

17. Ibn Kathir (d. 774), in “al-Bidayah wal Nihayah”

18. Ibn Khaldoon (d. 808), in “al-Muqaddimah”

19. al-Nuwairi (d. ~833), in “Nihayat al-Irab fi Finoon al-Adab”

20. al-Maqrizi (d. 845), in “al-Khitat”

21. Ibn Hajar al-Asqalani (d. 852), in “al-Isabah” and “Tahdhib al-Tahdhib”

22. Ibn al-Sabbagh al-Maliki (d. 855), in “al-Fusool al-Muhimmah”

23. Mir Khand (d. 903), in “Habib al-Siyar”

24. Jalalulddin al-Suyuti (d. 910), in “Tarikh al-Khulafa”

25. Ibn Hajar al-Haythami, (d. 974), in “al-Sawa’iq al-Muhriqah”

26. al-Hafiz Ahmad Ibn Muhammad al-‘Asimi, in “Zain al-Fata”

27. al-Qirmani al-Dimashqi (d. 1019), in “Akhbar al-Duwal”

28. Noor al-Din al-Halabi (d. 1044), in “al-Sirah al-Halabiyah”

… et beaucoup d’autres.

La Tradition of Ghadir Khum est abondante (mutawatir) 

La Tradition de Ghadir est rapportées abondamment (mutawatir)  et il est prouvé par les Sunnites comme provenant de nombreuses chaînes de transmission :

1. Ahmad Ibn Hanbal narrated it from 40 chains;

2. Ibn Jarir al-Tabari in more than 70 chains;

3. Abu Sa’id al-Sijistani from 120 chains;

4. Abu Bakir al-Jaabi from 125 chains;

5. al-Amir Muhammad al-Yamani (2nd century) had 150 chains;

6. al-Dhahabi a écrit un livre complet sur ses chaînes et a donné un verdict qu’elle est Mutawatir;

7. Abul Abbas Ibn `Uqdah has narrated it through 150 chains.

La Tradition de Ghadir Khum est authentique (Sahih) 

1. al-Hafiz Abu Isa al-Tirmidhi (d. 279, the author of Sahih Tirmidhi)

   wrote: “This is an acceptable (Hasan) and authentic (Sahih) tradition.”

   (Sahih Tirmidhi, v2, p298)

2. Muhammad Ibn Abdillah al-Hakim (d. 405) wrote: “This tradition is

   authentic (Sahih) with the criteria of two shaykhs, al-Bukhari and

   Muslim.” (al-Mustadrak ala al-Sahihain, v3, pp 108-110)

3. al-Hafiz Ahmad Ibn Muhammad al-Tahawi (d. 321) wrote: “This Hadith is

   authentic (Sahih) according to the chains of narrators (asnad) and no

   one has said anything contrary to its narrators.” (Mushkil al-Athar, v2,

   pp 307-308)

4. al-Hafiz Ahmad Ibn Muhammad al-‘Asimi wrote: “This tradition is accepted

   by Ummah and it is in conformity with the principles.” (Zain al-Fata)

Likewise the following Sunni scholars in (chronological order) and many

more pointed that the tradition of Ghadir Khum is authentic (Sahih) with no

doubt:

5. al-Mahamili al-Baghdadi, in “Amali”

6. Ibn Abd al-Bar (d. 463), in “al-Isti’ab”

7. Ibn al-Maghazili al-Shafi’i (d. 483), in “al-Manaqib”

8. Muhammad al-Ghazzali (d. 505), in “Sirrul `Alamayn”

9. Abul Faraj Ibn al-Jawzi (d. 597), in “Manaqib”

10. Sibt Ibn al-Jawzi (d. 654), in “Tadhkirat Khawas al-Ummah”

11. Ibn Abi al-Hadid (d. 656), in “Sharh Nahjul Balagha”

12. al-Ganji al-Shafi’i (d. 658), in “Kifayat al-Talib”

13. Ibn Kathir (d. 774), in his “Tarikh”

14. `Ala al-Din al-Simnani, in “Al-‘Urwatul Wuthqa”

15. Ibn Hajar al-Asqalani (d. 852), in “Tahdhib al-Tahdhib”

16. Jalalulddin al-Suyuti (d. 910), in several of his books

17. Abul Abbas al-Qastalani (d. 923), in “al-Mawahib al-Ladaniya”

18. Ibn Hajar al-Haythami, (d. 974), in “al-Sawa’iq al-Muhriqah”

19. Abdul Haqq al-Dihlawi, in “Sharh al-Mishkat”

… and many others.

Les Compagnons qui ont relaté la Tradition de Ghadir Khum 

Au moins 110 compganions du Prophète (saws) ont relaté la tradition de Ghadir Khum. Voici leurs noms par ordre alphabétique, suivis de quelques références sunnites dans lesquelles ces traditions sont rapportées.

                                         – A –   

1. Abu Huraira al-Dowsi (d. 57~59):

     * al-Khatib al-Baghdadi, in “Tarikh Baghdad”, v8, p290; from two ways.

     * Abi al-Hajjaj al-Mazzi, in “Tahdhib al-Kamal fi asmaa al-rijal”;

     * Ibn Hajar al-Asqalani, in “Tahdhib al-Tahdhib”, v7, p327;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “al-Manaqib”, p 130;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * al-Jazri, in “Asna al-Matalib”, p3;

     * Jalalulddin al-Suyuti, in “al-Durr al-Manthoor”, v2, p259;

     * Jalalulddin al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114;

     * Hamawaini, in “Fara’id al-Samtain”;

     * Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p154, p403; also from

       12 companions;

     * Ibn Abd al-Bar, in “al-Isti’ab”, v2, p473;

     * Ibn Kathir, in “al-bidaya wal Nihaya”, v5, p214; from various

       narrators;

     * Abi Bakr al-Ja’abi, in “Nukhab al-Manaqib”; via al-Surawi in

       “al-Manaqib”, v1, p529;

     * al-Badukhshi, in “Nuzul al-Abrar”, p20.

2. Abu Laila al-Ansari (d. 37 in Siffin):

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Manaqib al-Khawarizmi”, p35;

     * al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114;

     * al-Samhoudi, in “Jawahir al-‘Aqdain”.

3. Abu Zainab Ibn ‘Aouf al-Ansari:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v3, p307; and v5, p205;

     * Ibn Hajar al-‘Asqalani, in “al-Isabah”, v3, p408; and v4, p80.

4. Abu Fadhalah al-Ansari (who took part in the battle of Badr, was

   martyred in Siffin while he was with Ali (AS)):

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v3, p307; and v5, p205;

     * al-Qadhy Bahlool Bahjat, in “Tarikh Aali Muhammad”, p67.

5. Abu Qidamah al-Ansari:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v4, p159; and v5, p276;

     * al-Samhoudi, in “Jawahir al-‘Aqdain”.

6. Abu ‘Umrou Ibn Muhsin al-Ansari:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v3, p307;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

7. Abu al-Haitham Ibn al-Tihan (d. 37 in Siffin):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * al-Samhoudi al-Shafi’i, in “Jawahir al-‘Aqdain”.

     * al-Qadhy, in “Tarikh Aali Muhammad”, p67.

8. Abu Rafi’ al-Qabti (Servent of the Messenger of Allah):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

9. Abu Thuwaib Khuwailid (or Khalid) Ibn Khalid Ibn Muhrith al-Hathli (the

   pre-islamic and post-islamic poet, died during the reign of Uthman):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”, in section 4.

10. Abu Bakr Ibn Abi Qahafah al-Taymi (the First Caliph, d. 13):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Mansour al-Razi, in “al-Ghadir”

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p3.

11. Usamah Ibn Zaid Ibn Harithah al-Kalbi (d. 54)

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

12. Ubay Ibn Ka’ab al-Ansari:

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”; in “al-Yaqin”, section 37;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p4.

13. Asmaa bint ‘Umaice al-Khadh’amiya

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”; in “al-Yaqin”, section 37;

14. Um Salmah (wife of the Prophet):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Samhoudi al-Shafi’i, in “Jawahir al-‘Aqdain”.

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p40;

     * Ahmed Ibn al-Fadhl Ibn Muhammed ba-Kathir al-Makki al-Shafi’i,

       in “Wasilat al-Ma-al”.

16. Um Hani bint Abi Talib:

     * al-Bazzar, in “Musnad al-Bazzar”;

     * al-Samhoudi al-Shafi’i, in “Jawahir al-‘Aqdain”.

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p40;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

17. Abu Hamzah Anas Ibn Malik al-Ansari al-Khazraji (the servent of the

    Prophet, d. 93):

     * al-Khatib al-Baghdadi, in “Tarikh Baghdad”, v7, p377;

     * Ibn Qutaibah al-Daynouri, in “al-Ma’arif”, p291;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114; from al-Tabarani;

     * Muttaqqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p154, p403;

     * al-Badukhshi, in “Nuzul al-Abrar”, p20; from al-Tabarani &

       al-Khatib.

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p4.

                – B –

18. Baraa Ibn ‘Azib al-Ansari al-Awsi (d. 72):

     * Ahmad Ibn Hanbal, in “al-Musnad”, v4, p281; from two ways;

     * Ibn Majah, in “Sunan ibn Majah”, v1, p28-29;

     * al-Nisa’i, in “al-Khasa’is”, p16;

     * al-Khatib al-Baghdadi, in “Tarikh Baghdad”, v14, p236;

     * Ibn Jarir al-Tabari, in “Tafsir al-Tabari”, v3, p428;

     * Abi al-Hajjaj al-Mazzi, in “Tahdhib al-Kamal fi Asmaa al-rijal”;

     * al-Tha’labi, in “al-Kashf wal Bayan”;

     * Ibn Abd al-Bar, in “al-Isti’ab”, v2, p473;

     * Muhib al-Din al-Tabari, in “al-Riyadh al-Nadhirah”, v2, 169;

     * Muhib al-Din al-Tabari, in “Dhakha’ir al-‘Aqabi”, p67;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “al-Manaqib”, p94;

     * Ibn al-Sabbagh al-Maliki, in “al-Fusool al-Muhimmah”, p25;

     * al-Hafiz al-Ganji al-Shafi’i, in “Kifayat al-Talib”, p14;

     * al-Fakhr al-Razi, in “Tafsir al-Fakhr al-Razi”, v3, p636;

     * al-Nisaboori, in “Tafsir al-Nisaboori”, v6, p194;

     * Jamaluddin al Zarandi, in “Nudhum Durar al-Samtain”;

     * “al-Jame’ al-Saghir”, v2, p555;

     * “Mishkat al-Masabeeh”, p557;

     * Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p152, p397;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v5, p209; v7, p349;

     * … Several others from the above sources.

19. Baridah Ibn al-Hasib Abu-Sahal al-Aslami (d. 63):

     * al-Hakim, in “Mustadrak al-Hakim”, v3, p110;

     * Abu Nu’aym al-Isbahani, in “Hilyat al-Awliyaa”, v4, p23;

     * Ibn Abd al-Bar, in “al-Isti’ab”, v2, p473;

     * Shams al-Din al-Jazri, in “Asna al-Matalib”, p3;

     * al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114;

     * “al-Jame’ al-Saghir”, v2, p555;

     * al-Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p397;

     * al-Badukhshi, in “Nuzul al-Abrar”, p20;

     * “Tafsir al-Manar”, v6, p464.

     * …

                – Th

20. Abu Sa’id, Thabit Ibn Wadi’a al-Ansari al-Khazraji al-Madani:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v3, p307; v5, p205;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Qadhy, in “Tarikh Aali Muhammad”, p67.

              – J –    

21. Jabir Ibn Samrah Ibn Janadah, Abu Sulaiman al-Suwa’i (d. 70~74):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”, section 4;

     * al-Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p398;

22. Jabir Ibn Abdullah al-Ansari (d. 73/74/78 in Madina):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * Ibn Abd al-Bar, in “al-Isti’ab”, v2, p473;

     * Abi al-Hajjaj al-Mazzi, in “Tahdhib al-Kamal fi asmaa al-rijal”;

     * Ibn Hajar al-Asqalani, in “Tahdhib al-Tahdhib”, v7, p337;

     * al-Hafiz al-Ganji al-Shafi’i, in “Kifayat al-Talib”, p16;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v5, p209;

     * Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p398;

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p41;

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p3.

     * al-Tha’labi, in “Tafsir al-Tha’labi”

23. Jublah Ibn ‘Amrou al-Ansari:

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

24. Jubair Ibn Mut’am Ibn ‘Uday al-Qurashi al-Nawfali (d. 57/58/59):

     * al-Qadhy Bahlool Bahjat, in “Tarikh Aali Muhammad”, p67.

     * Shahab al-Din al-Hamadani, in “Mawaddat al-Qurba”;

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p31, p336.

25. Jarir Ibn Abdullah Ibn Jabir al-Bajali (d. 51/54):

     * al-Haythami, in “Majma’ al-Zawa’id”, v9, p106; from “al-Mu’jam

       al-Kabir” of al-Tabarani;

     * al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114; from al-Tabarani;

     * Muttaqqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p154, p399;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v7, p349;

26. Abu Dhar al-Ghafari, Jundub Ibn Janadah (d. 31):

     * Hamawaini, in “Fara’id al-Samtayn”, section 58;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p4.

27. Abu Junaidah, Junda’ Ibn ‘Amrou Ibn Mazin al-Ansari:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v1, p308;

     * al-Qadhy Bahlool Bahjat, in “Tarikh Aali Muhammad”, p67.

         – H –    

28. Habbah Ibn Juwayn, Abu Qudamah al-‘Urani al-Bajali (d. 76-79):

     * al-Haythami, in “Majma’ al-Zawa’id”, v9, p103;

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Doolabi, in “al-Kuna wal Asmaa”, v2, p88;

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v1, p367;

     * Ibn Hajar al-Asqalani, in “al-Isabah”, v1, p372;

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p34;

29. Hubshi Ibn Janadah al-Salouli:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v3, p307; v5, p205;

     * Muhib al-Din al-Tabari, in “al-Riyadh al-Nadhirah”, v2, p169;

     * al-Muttaqi al-Hindi, in “Kanz al-Ummal”, v6, p154;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v5, p211; v7, p349.

     * al-Haythami, in “Majma’ al-Zawa’id”, v9, p106;

     * al-Suyuti, in “Tarikh al-Khulafaa”, p114;

     * Shams al-Din al-Jazri, in “Asna al-Matalib”, p4;

30. Habib Ibn Badil Ibn Warqaa al-Khaza’i:

     * Ibn al-Athir, in “Usd al-Ghabah”, v1, p368;

     * Ibn Hajar al-‘Asqalani, in “al-Isabah”, v1, p304;

31. Hudhaifa Ibn Usaid, Abu Sarihah, al-Ghafari (from the companions

    who plegde under the “Tree”, d. 40~42):

     * al-Tirmidhi, in “Sahih al-Tirmidhi”, v2, p298;

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p38; from Samhoodi

       and Ibn ‘Uqdah as in “al-Muwalat”.

     * Ibn al-Sabbagh al-Maliki, in “al-Fusool al-Muhimmah”, p25;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v5, p211; v7, p348.

     * Ibn Hajar al-Haythami, in “al-Sawa’iq al-Muhriqah”, p25;

     * Noor al-Din al-Halabi, in “al-Sirah al-Halabiyah”, v3, p301;

32. Hudhaifa Ibn al-Yaman al-Yamani (d. 36):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Hakim al-Hasakani, in “Du’at al-Hudat ila Adaa Haqq al-Muwalat”;

     * al-Jazri, in “Asna al-Matalib”, p4;

33. Hassan Ibn Thabit (one of the poets of al-Ghadir who composed poem

    during the ceremony):

     * Abu Nu’aym al-Isbahani (d. 430), in “Ma Nazala min al-Quran fi Ali”

34. al-Imam, al-Sibt, al-Mujtaba, al-Hasan Ibn Ali (AS):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

35. al-Imam, al-Sibt, al-Shahid, al-Hussain Ibn Ali (AS):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * Abu Bakr Ju’abi, in “Nakhb al-Manaqib”;

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * al-Hafiz Ibn al-Maghazili al-Shafi’i, in “al-Manaqib”;

     * Abu Nu’aym al-Isbahani, in “Hilyat al-Awliyaa”, v9, p64;

——

Note: from this point, for the sake of brevity, we skip the references

under the name of each companion except for the case of few critical

individuals. Interested readers can look up the rest of the references in

the encyclopedia of “al-Ghadir”, by Allamah al-Amini (ra), volume 1 of 11.

——

                – KH –   

36. Abu Ayyoub, Khalid Ibn Zaid al-Ansari (d. 50/51/52):

37. Abu Sulaiman, Khalid Ibn al-Walid Ibn al-Mughairah al-Makhzoomi

    (d. 21/22):

38. Khuzimah Ibn Thabit al-Ansari (Dhul Shahadatain, d. 37 in Siffin):

39. Abu Sharih, Khuwailid Ibn ‘Amrou al-Khuza’i (d. 68):

                – R –    

40. Rufa’ah Ibn Abdul Munthir al-Ansari:

                 – Z –   

41. Zubair Ibn al-‘Awwam al-Qurashi (d. 36):

42. Zaid Ibn Arqam al-Ansari al-Khazraji (d. 66~68):

43. Abu Sa’id, Zaid Ibn Thabit (d. 45~48):

44. Zaid/Yazid Ibn Sharahil al-Ansari:

45. Zaid Ibn Abdullah al-Ansari:

                            

                – S –    

46. Abu Is’haq, Sa’d Ibn Abi Waqqas (d. 54-58):

47. Sa’d Ibn Janadah al-‘Awfi:

48. Sa’d Ibn ‘Abadah al-Ansari al-Khazraji (d. 14~15)

49. Abu Sa’id, Sa’d Ibn Malik al-Ansari al-Khudri (d. 63/65/74):

50. Sa’id Ibn Zaid al-Qurashi al-‘Adwi (d. 50~51):

51. Sa’id Ibn Sa’d Ibn ‘Abadah al-Ansari:

52. Abu Abdullah, Salman al-Farsi (d. 36~37):

53. Abu Muslim, Salmah Ibn ‘Umrou Ibn al-Akwa’ al-Aslami (d. 74):

54. Abu Sulaiman, Samrah Ibn Jundab al-Fazari (d. 58~60):

55. Sahl Ibn Hanif al-Ansari al-Awsi (d. 38):

56. Abu al-Abbas, Sahl Ibn Sa’d al-Ansari al-Khazaraji al-Sa’idi (d. 91):

                               .

          – SAD & DHAD

57. Abu Imamah, al-Sadi Ibn ‘Ajlan al-Bahili (d. 86):

58. Dhamirah al-Asadi:

                         |

            – TAA –

59. Talha Ibn ‘Ubaidullah al-Timimi (d. 36):

                          

          – ‘A (AYN) –   

60. ‘Amir Ibn ‘Umair al-Numairi:

61. ‘Amir Ibn Laila Ibn Dhamrah:

62. ‘Amir Ibn Laila al-Ghafari:

63. Abu al-Tufail, ‘Amir Ibn Wathilah al-Laithi (d. 100/102/108/110):

64. ‘Aisha Ibn Abi Bakr Ibn Abi Qahafah (wife of the Prophet):

65. ‘Abbas Ibn Abdul Muttalib Ibn Hashim (Uncle of the Prophet):

66. ‘Abdul Rahman Ibn ‘Abdu-Rabb al-Ansari:

67. Abu Muhammad, ‘Abdul Rahman Ibn ‘Aouf al-Qurashi al-Zuhri (d. 31/32):

68. ‘Abdul Rahman Ibn Ya’mur al-Daili:

69. ‘Abdullah Ibn Abi Abdul Asad al-Makhzoomi:

70. `Abdullah Ibn Badil Ibn Warqaa (d. 37 in Siffin):

71. ‘Abdullah Ibn Bashir al-Mazini:

72. ‘Abdullah Ibn Thabit al-Ansari:

73. ‘Abdullah Ibn Ja’afar Ibn Abi Talib al-Hashimi (d. 80):

74. ‘Abdullah Ibn Hantab al-Qurashi al-Makhzoomi:

75. ‘Abdullah Ibn Rabi’a:

76. ‘Abdullah Ibn Abbas (d. 68):

77. ‘Abdullah Ibn Abi Ofa ‘Alqamah al-Aslami (d. 86/87):

78. Abu Abdul Rahman, ‘Abdullah Ibn Umar Ibn al-Khattab al-‘Udawi

    (d. 72/73):

79. Abu Abdul Rahman, ‘Abdullah Ibn Masoud al-Hathli (d. 32/33):

80. ‘Abdullah Ibn Yamil/Yamin:

81. ‘Uthman Ibn ‘Affan (d. 35):

82. ‘Ubaid Ibn ‘Azib al-Ansari:

83. Abu Tarif, ‘Uday Ibn Hatam (d. 68):

84. ‘Atiya Ibn Busr al-Mazini:

85. ‘Aqabah Ibn ‘Amir al-Jahani:

86. Amirul Mouminin, Ali ibn Abi Talib (AS):

87. Abul Yaqdhan, ‘Ammar Ibn Yasir al-‘Unsi al-Shahid (in Siffin 37):

88. ‘Ammar al-Khazraji al-Ansari (d. ied the day of Yamamah):

89. ‘Umar Ibn Abi Salmah Ibn Abdul Asad al-Makhzoomi (his mother

    Um Salmah was the wife of the Prophet):

90. ‘Umar Ibn al-Khattab (d. 23):

     * Ahmad Ibn Hanbal, in “al-Manaqib”;

     * Muhib al-Din al-Tabari, in “al-Riyadh al-Nadhirah”, v2, p161 & p244;

     * al-Hafiz Ibn al-Maghazili al-Shafi’i, in “al-Manaqib”:

       Two narrations, one via Abu Hurairah, Umar Ibn al-Khattab said:

       “The Messenger of Allah (s) said: Whomever I was his mawla then

       Ali is his mawla.”

     * al-Khatib al-Khawarizmi, in “Maqtal al-Imam al-Sibt”;

     * Ibn Kathir, in “al-Bidayah wal Nihayah”, v7, p349;

     * Shams al-Din al-Jazri, in “Asna al-Matalib”, p3;

     * Shahab al-Din al-Hamadani, in “Mawaddat al-Qurba” and in:

     * al-Qundoozi al-Hanafi, in “Yanabi’ al-Mawaddah”, p249:

       “Umar Ibn al-Khattab (ra) said:

Le Messager d’Allah souleva la main de Ali avec clarté, et dit: “Celui de que j’étais le chef [Mawlah], alors Ali est son chef [Mawlah], O ‘Allah! Sois un garde [Wali] à qui est son adhérent [Walah], et sois l’ennemi de son ennemi, abandonne celui qui l’abandonne, le Soutien de celui qui le soutien. O Allah! Tu es mon Témoin sur eux.” Omar dit:” Ô Messager d’Allah? (à savoir, pourquoi Ali?) Et il y avait un jeune homme à côté de moi, avec un beau visage et bon parfum. Il m’a dit: «ô Omar, le Messager d’Allah a convenu d’un accord. Personne ne le dissout sauf un hypocrite.” Ensuite, le Messager d’Allah me prit la main et dit : «Ô Omar, il n’est pas fils d’Adam (c’est à dire qu’il n’est pas un humain), mais Gabriel voulait t’assurer de ce que j’ai dit à propos de Ali. ” 

91. Abu Najid, ‘Imran Ibn Hasin al-Khuza’i (d. 52):

92. ‘Amrou Ibn al-Hamq al-Khaza’i al-Koufi (d. 50):

93. ‘Amrou Ibn Sharahil:

94. ‘Amrou Ibn al-‘Asy (a poet of al-Ghadir):

95. ‘Amrou Ibn Murrah al-Jahani, Abu Talha or Abu Mariam:

                                         – F –   

96. al-Siddiqah, Fatimah (AS) (the daughter of the Propet, d. 11):

     * Ibn ‘Uqdah, in “Hadith al-Wilayah”;

     * al-Mansour al-Razi, in “al-Ghadir”

     * Shams al-Din al-Jazri al-Shafi’i, in “Asna al-Matalib”, p3.

     * Shahab al-Din al-Hamadani, in “Mawaddat al-Qurba”:

       She said: “The Messenger of Allah (s) said: Whomever I was

       his leader [wali], then Ali is his leader [wali]. And whomever

       I was his Imam then Ali is his Imam.”

97. Fatimah bint Hamzah Ibn Abdul Muttalib:

              – Q & K –  

98. Qais Ibn Thabit Ibn Shammas al-Ansari:

99. Qais Ibn Sa’d Ibn ‘Abadah al-Ansari al-Khazraji:

100. Abu Muhammad, Ka’b Ibn ‘Ajrah al-Ansari al-Madani (d. 51):

                           – M –    

101. Abu Sulaiman, Malik Ibn al-Huwairith (d. 74):

102. al-Miqdad Ibn ‘Amrou al-Kindi al-Zuhri (d. 33):

                – N –   

103. Najiyah Ibn ‘Amrou al-Khaza’i:

104. Abu Barza, Fadhlah Ibn ‘Atabah al-Aslami (d. 65)

105. Nu’aman Ibn ‘Ajlan al-Ansari:

                                           

             – W & h & Y –   

106. Abu Wasmah, Wahshi Ibn Harb al-Habashi al-Humsi:

107. Wahab Ibn Hamzah:

108. Abu Juhaifah, Wahab Ibn Abdullah al-Suwa’i (d. 74):

109. Hashim al-Murqal Ibn ‘Atabah Ibn Abi Waqqas al-Zuhri al-Madani

     (d. ied in Siffin year 37):

110. abu Murazim, Ya’la Ibn Murrah Ibn Wahab al-Thaqafi:

==============

More Available

==============

    * 84 Names of narrators from “Tabi’in” (the following generation of the

             companions) who narrated the Tradition of Ghadir Khum.

    * 360 Names of the Sunni Scholars over the past 14 centuries of the

             Islamic calendar who reported the Tradition of Ghadir Khum.

    * 22 Documented Protests with some companions and others about the

             event of Ghadir Khum.

======

Poetry

======

Many poems mention the event or are entirely about it. The first poem was

by the famous companion, Hassan Ibn Thabit, the poet of the Messenger of

Allah. Immediately after the Prophet’s speech, Hassan asked for the

permission of the Prophet (PBUH) to compose a few verses of poetry about

Ali (AS) for the audience. The Prophet said: “Say with the blessings of

Allah”. Hassan stood up and said: “O’ people of Quraish. I follow with my

words what preceded and witnessed by the Messenger of Allah. He then

composed the following verses at the scene:

     He calls them, (on) the day of Ghadir, their Prophet

           In  Khum so hear (and heed) the Messenger’s call,

     He said: “Who is your guide and leader? (Mowlakum wa Waliyukum)”

           They said, and there was no apparent blindness (clearly):

     “Your God, our guide, and you are our leader

           And you won’t find from among us, in this, any disobedient,”

     He said to him: “Stand up O’ Ali, for I am

     ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

           pleased to announce you Imam and guide after me,

           ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

     So whomever I was his leader, then this is his leader

           So be to him supporters in truth and followers,”

     There he asked (du’aa): “Allah? Be a friend and guide to his follower

           And be, to the one who is Ali’s enemy, an enemy”

* Abu Nu’aym al-Isbahani (d. 430), in “Ma Nazala min al-Quran fi Ali”

Here is the Arabic text of the above highlighted piece from the poem of

Hassan Ibn Thabit:

On the occasion of Eid al-Ghadir:

In praise of Allah

                        Be it Badr, Uhud or Khaibar,

                     We hear the cry, Haidar – Haidar.

                      We see his shining sword strike

                       the ones who Allah dislikes.

                          All those who even dare                      

                               to fight him and aren’t aware

                       of his valor – can’t survive.

                        They shall lose their lives.

                     And there is one who claims to be

                 the greatest warrior of Arabia – but see

                    the mighty sword falls on him too.

                  Even though to challenge him were few.

                    The Muslims are struck with terror.

                  They can’t conquer the fort of Khaibar.

                   Each attack they make is turned back.

                   The will to fight they utterly lack.

                    The one who Allah loves, then comes

                    and out of fear the enemy is numb.

                     He takes the standard in one hand

                  and leads this seemingly defeated band.

                A group of losers, say the books of history

                under his command proceed to their victory.

                  His advances no one can ever cut short.

                Finally he conquers the impenetrable fort.

                In another battle the Prophet is betrayed.

                  As his followers have become so afraid.

                   They leave him wounded and run away.

                    Kufr still seems to hold it’s sway.

                 But there is Haidar e Karrar to aid him.

                  A lost battle, he will be able to win.

                     Whenever Asadullah will be there,

                    to fight Islam, no one shall dare.

                 These astonishing feats no one can hide,

                   as time and again he turns the tide.

                    A battle comes and a battle goes by

                   Islam’s standard always remains high.

                   So when in Ghadir – he is proclaimed

                  Mawla – that Muslims should follow him.

                The Prophet’s mission is complete. He alone

                    can bear the burden of this throne.

                   Only he can feel the Muslim’s needs,

                    make sure they perform good deeds,

                 and guide them to the path of salvation.

                 He deserves the rulership of this nation.

                    He has the understanding and wisdom

                    to be the Imam in Allah’s kingdom.

                He is the gateway to the city of knowledge

                  and above all he has the most courage,

                 which is seen by his extraordinary feats.

                With his scholarly skills none can compete.

               Admire his piety. He is not guided by greed.

                The Prophet of Allah – only he can succeed.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s